"De Croo a agi comme le plus futé des cyclistes", "Un problème se profile à l'horizon", "Un sujet reste tabou": les médias belges réagissent aux assouplissements

Si les quotidiens saluent les perspectives offertes aux Belges, ils n'en rappellent pas moins qu'elles s'accompagnent de grandes responsabilités.

"De Croo a agi comme le plus futé des cyclistes", "Un problème se profile à l'horizon", "Un sujet reste tabou": les médias belges réagissent aux assouplissements
©BELGA

Après de longs mois de confinement, les Belges voient enfin le bout du tunnel. Le Comité de concertation leur a en tous les cas offert les perspectives d'un été de plus en plus libre. Si les autorités ont soumis chaque étape de ce déconfinement à des conditions sanitaires strictes, le retour à la normale ne semble plus si improbable dans un futur proche. Une touche d'espoir qu'ont saluée les quotidiens francophones et néerlandophones, mais avec de légers bémols. Revue de presse.

"Le Comité de concertation de ce mardi devait être celui des libertés retrouvées. Il l’a été, en partie, mais il faudra encore prendre son mal en patience", débute l' édito de La Libre. Notre quotidien souligne ainsi que si le soulagement des secteurs à l'arrêt est palpable, il n'en est pas moins limité car "le temps se fait long et les caisses se vident". La Libre estime qu'il y a malgré tout bel et bien lieu de se réjouir des nombreuses perspectives offertes aux Belges, mais souligne un aspect important à garder en tête. "La pandémie n’est pas derrière nous pour autant. Les variants actuels ou à venir menacent toujours et les gestes barrières resteront bien utiles. La campagne de vaccination devra s’accélérer davantage encore afin que chacun, du plus jeune au plus fragile, puisse avoir l’occasion de se faire vacciner. L’adhésion à cette campagne et aux mesures sanitaires restera l’enjeu majeur des mois à venir", conclut notre média qui rappelle que le succès de la vaccination est entre les mains des autorités mais également de la population.

Pour L'Echo, "cela n'a pas encore la saveur d'une vie normale, mais cela en a déjà le parfum". Le quotidien financier pointe toutefois que ce "plan d'été" n'est pas forcément parfait. "Tout n'est pas réglé, il y a encore des incertitudes, notamment sur les voyages", insistent nos confrères. "Surtout, la menace sanitaire n’est pas dissipée." L'Echo salue quoi qu'il en soit des décisions qu'il qualifie de "cohérentes". "La stratégie est claire et assumée: on passe d’une gestion de crise à une gestion de risques", commente le média francophone. "L’influence des experts s’est réduite: le pari est fait de relâcher la pression pour la population, en priant pour que les chiffres de la pandémie continuent à évoluer dans le bon sens." Mais pour cela, L'Echo rappelle l'importance de la vaccination, "la clé du déconfinement".

"Pour une fois depuis longtemps, soyons optimiste", se positionne Le Soir. Le quotidien souligne tout de même qu'"il y a non pas un mais des 'mais'". "Cette liberté promise et aujourd’hui enfin permise n’est pas aveugle", constate Le Soir. "Elle reste conditionnée à une situation sanitaire très paramétrée mais surtout à la responsabilité individuelle'." Comme ses confrères, le journal francophone rappelle que cette responsabilité passe par la vaccination. "La liberté oui, mais avec une ceinture de sécurité que nous sommes désormais appelés à boucler nous-mêmes, en connaissance de cause", écrit-il. Enfin, Le Soir invite Alexander De Croo à se lancer dans l'"anticipation". "Histoire que nous ne nous finissions pas à l’automne dans la peau de la cigale de la Fable qui, après avoir chanté tout l’été, se trouva fort dépourvue quand la bise fut venue", termine-t-il.

"Alexander De Croo est sorti de la roue de Vandenbroucke"

Selon La Dernière Heure, le Premier ministre a annoncé "l’un des changements majeurs dans la lutte contre la pandémie, le basculement de l’effort collectif vers l’effort individuel". Nos confrères insistent toutefois: "Il ne faut pas croire que tout est acquis". "Nous avons tous un dernier effort à fournir pour que ce calendrier de déconfinement puisse être suivi sans retour en arrière", finit la DH.

Soulignant une exception concernant les discothèques "qui restent désespérément fermées", Sudpresse se réjouit que tous les autres secteurs se soient vu offrir des perspectives. Le média salue ainsi le comportement du Premier ministre qui, pour la première fois, n'a pas "laissé le dernier mort à Vandenbroucke". "Le Premier ministre, en bon Flandrien, a agi comme le plus futé des cyclistes", ironise Sudpresse. "Il a senti le vent tourner. Et après être resté à l’abri pendant des mois dans la roue de Frank Vandenbroucke, qui prenait les coups et assumait les décisions les plus impopulaires, Alexander De Croo est sorti de la roue de son ministre en apercevant la ligne d’arrivée de l’été."

Nos confrères de Het Laatste Nieuws mettent en avant "deux mots importants pour sortir de la crise": vaccination et ventilation. C'est sur ces deux termes que la Belgique devra se concentrer pour faire de ce "plan été" une réalité, selon le quotidien flamand. Concernant la vaccination, le média se montre optimiste pour notre pays mais fait tout de même part d'un souci. "La seule chose qui nous inquiète, c'est la vitesse à laquelle se tarit le réservoir de personnes prêtes à recevoir un vaccin à Bruxelles. Si nous comparons cette situation à celle de la Flandre, un problème se profile à l'horizon. Notre capitale sera-t-elle bientôt une île dans une mer d'immunité ?", s'interroge HLN.

Frank Vandenbroucke (Vooruit), le ministre de la Santé, et Alexander De Croo (Open Vld), le Premier ministre
Frank Vandenbroucke (Vooruit), le ministre de la Santé, et Alexander De Croo (Open Vld), le Premier ministre ©BELGA

"Pas tous dans le même bateau" 

"Le message de salut tant attendu", écrit De Tijd. Félicitant les autorités de donner des perspectives à la population, le quotidien financier rappelle que toutes les étapes du plan de déconfinement sont soumises à conditions. "Se termine cet été ce qui est probablement la plus grande expérience jamais réalisée sur le lieu de travail : le télétravail obligatoire de la quasi-totalité des employés de bureaux belges", explique De Tijd. Une expérience dont de nombreuses leçons sont à tirer, selon le média flamand. "Après la levée des mesures corona, les employeurs auront la tâche de choisir le meilleur des deux mondes. "Il s'agira d'un équilibre entre le télétravail et le travail au bureau. (...) L'équilibre ne sera pas facile à trouver dans la nouvelle vie de bureau, mais il serait dommage de ne pas le chercher", conclut-il.

Het Nieuwsblad fustige la focalisation sur la reprise de l'économie - même si compréhensible -, oubliant certains autres aspects important pour la population. "Les petites fêtes de famille comprenant 15 personnes n'ont pas de lobby", regrette le média. "Mais c'est fou que l'on puisse dans le futur organiser de grands événements, mais pas ces petites fêtes, que les personnes soient vaccinées ou non." Invitant à "travailler à des solutions plus humaines", le quotidien flamand rappelle que dans les hôpitaux, les visites pour les personnes gravement malades restent un "sujet tabou". Pour le média, nous ne sommes pas tous dans le même bateau. "Nous sommes dans la même tempête, mais certains la vivent sur un yacht et d'autres sur un radeau branlant", constate le média, qui insiste pour que personne ne soit oublié.

Sur le même sujet