Alexander De Croo défend la désignation d'Ihsane Haouach: "Un CV en béton"

Ihsane Haouach a été désignée commissaire du gouvernement à l’égalité des femmes et des hommes par Sarah Schlitz (Ecolo), secrétaire d’Etat à l’égalité et à la diversité.

placeholder
© Belga - D.R
La Rédaction avec Belga

Ce jeudi après-midi, lors de la traditionnelle séance plénière à la Chambre, les débats se sont notamment portés sur la désignation de Ihsane Haouach comme commissaire du gouvernement auprès de l’institut de l’égalité entre les femmes et les hommes. Cette nomination a suscité une polémique au sein des rangs politiques, certains partis estimant que le voile que porte la nouvelle commissaire soit "contraire au principe de neutralité de l'Etat".

Le président du MR Georges Louis-Bouchez et le député du même parti Denis Ducarme ont notamment fustigé cette décision. M. Ducarme a déclaré ce mercredi ne plus "être lié" par la solidarité de majorité à l'égard de Sarah Schlitz, la secrétaire d'Etat à l'Egalité des genres, et annoncé qu'il voterait désormais "à la carte".

Cet après-midi, le Premier ministre Alexander De Croo a défendu cette désignation. Interrogé par la députée Darya Safai (N-VA), il a mis en avant les compétences et le "CV en béton" de Madame Haouach: "Le point de vue du gouvernement est que cette personne dispose de l’expertise et de l’expérience pour exercer cette fonction comme elle le fait", a-t-il déclaré.

Le libéral flamand a également précisé que lors du kern, qui s'est réuni ce jeudi matin, "aucun parti de la majorité n’a remis en cause la nomination d’une commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes".

En matière de neutralité, le chef du gouvernement a rappelé la ligne qui était suivie: aucun signe convictionnel ne peut être porté par les agents en contact avec le public.

"Clair et net"

La réponse du chef du gouvernement a satisfait les écologistes. "Le Premier ministre confirme à l'instant en plénière qu'aucun parti n'a remis en cause en kern ce matin la nomination de Madame Haouach comme commissaire du gouvernement. La bonne personne à la bonne place donc. Clair et net. Tout le reste est du profilage politique inutile", a réagi le chef de groupe Ecolo-Groen, Gilles Vanden Burre sur Twitter.

Le MR maintient toutefois sa ligne et assure qu'il s'est bien opposé à la désignation de Mme Haouach. "La désignation d'une personne portant un signe convictionnel comme commissaire du gouvernement a été faite sans l'accord du MR qui a manifesté sa désapprobation par tous les canaux possibles. Tout le monde ne partage pas notre défense de la neutralité, la loi doit changer", a déclaré le président Georges-Louis Bouchez également sur Twitter.

Le ministre des Indépendants, David Clarinval, qui représentait le MR à la réunion l'a indiqué également sur Twitter. "En tant que représentant du MR, j'ai clairement exprimé notre opposition à la décision prise, sans concertation, par la Secrétaire d'État Sarah Schlitz", a-t-il affirmé.

Qui a donc dit quoi? À bonne source, l'on apportait en fin d'après-midi quelques précisions sémantiques et juridiques. Au nom de la règle du consensus et de la solidarité qui préside au fonctionnement d'un gouvernement, un Premier ministre ne peut indiquer au parlement qu'un ministre n'est pas d'accord avec la décision de l'exécutif. Il est donc exact que personne n'a demandé à revenir sur cette nomination qui est d'ailleurs de la compétence seule du ministre ou secrétaire d'État. Le MR a donc expliqué qu'à ses yeux une personne exerçant la fonction de commissaire du gouvernement ne pouvait porter un symbole religieux et qu'à ce titre, il "ne soutenait pas" la désignation de Mme Haouach, a-t-on expliqué.

Sur le même sujet