Pourquoi l’Open VLD et le MR ne sont pas sur la même ligne à l’égard des signes convictionnels

Le MR et l’Open VLD ont une vision différente à l’égard des signes convictionnels.

Bruxelles - Siege de Open VLD : Georges-Louis Bouchez president du parti du mouvement reformateur (MR) et Egbert Lachaert president de parti du Open Vlaamse Liberalen en Democraten (Open VLD) envisagent une collaboration soutenue au niveau politique
©JC Guillaume
Depuis que la Stib a été condamnée pour discrimination à l’égard d’une femme voilée, un vieux débat est remonté à la surface. Le port ostentatoire de signes convictionnels dans les services publics doit-il être interdit ou toléré ? Et dans quelle mesure ? Le MR, isolé, s’oppose à tout étalage de ce genre, l’État se doit d’être totalement neutre. Les partis de gauche (Écolo, en particulier)...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet