Frank Vandenbroucke, rabat-joie? "Quelqu'un doit jouer ce rôle"

Frank Vandenbroucke a toujours été partisan d'une grande prudence.

placeholder
© belga
J.F.

Depuis son arrivée au gouvernement, Frank Vandenbroucke est critiqué par les uns, encensé par les autres. Partisan d'une très grande prudence dans le déconfinement, il est souvent catalogué comme "rabat-joie". Un qualificatif qui ne le dérange pas plus que ça. Comme il l'explique à nos confrères de Het Laatste Nieuws, "quelqu'un doit jouer ce rôle".

"C'est mon travail de ne pas être rassuré", explique-t-il. Sa plus grande peur est en effet que le virus revienne en force et conduise à une nouvelle vague de cas en Belgique. Alors pour éviter cela, il est prêt à tout, quitte à susciter la colère des uns et des autres, comme cela a été le cas lors de différents Comités de concertation particulièrement mouvementés.

Si le ministre reconnait ne pas toujours avoir été d'accord sur la vitesse de déconfinement, il accepte les décisions qui ont été prises, même s'il appelle bien évidemment toujours les Belges à la plus grande prudence.

"Le plaisir est à l'ordre du jour, mais l'insouciance, en ce qui me concerne, pas encore", dit-il, rappelant au passage que le variant indien - rebaptisé Delta - inquiète particulièrement le Royaume-Uni. Malgré tout, et contrairement à ce qu'on pourrait penser, le socialiste flamand n'est pas mécontent de voir des gens en terrasse. "Je suis vraiment heureux de voir les terrasses occupées à nouveau. Et moi aussi j'aime aussi aller en terrasse", conclut le "professeur".