L’enveloppe pour le non-marchand portée à 35 millions d’euros

Cinq millions d’euros au secteur de l’enfance, dont 2,5 millions seront consacrés à renforcer les équipes.

placeholder
© BELGA
Belga

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a décidé, jeudi, de porter progressivement l’enveloppe pour le non-marchand à 35 millions d’euros à l’horizon 2025, contre les 20 millions initialement prévus. Ces moyens supplémentaires seront détaillés ce vendredi aux syndicats, indique l’exécutif. Lors de la confection du budget initial 2021, ce dernier avait constitué une provision de 8 millions d’euros destinée à améliorer l’attractivité et la soutenabilité des carrières dans les secteurs du non-marchand subventionnés par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Sur ce montant provisionnel, 5 millions d’euros iront finalement au secteur de l’enfance, dont 2,5 millions seront consacrés à renforcer les équipes, par l’augmentation du temps de travail du personnel à temps partiel ou des embauches compensatoires. Ces renforts permettront l’octroi de jours de congé supplémentaires aux personnels du secteur de l’enfance (deux jours pour les plus de 45 ans, un jour pour les autres). L’autre moitié de l’enveloppe sera allouée à la transposition d’une partie des postes d’accueillantes conventionnées en postes d’accueillantes salariées.

Trois millions pour l’aide à la jeunesse

Le restant de la provision - 3 millions d’euros - sera octroyé au secteur de l’aide à la jeunesse. Ce budget permettra notamment l’octroi d’un jour de congé supplémentaire à tous les travailleurs des services agréés de l’aide à la jeunesse, et d’un deuxième jour de congé supplémentaire pour les travailleurs de plus de 45 ans, avec embauche compensatoire. La norme d’encadrement des services résidentiels généraux (SRG) sera également revue à la hausse. Le gouvernement a enfin débloqué 4,5 millions d’euros afin d’octroyer des éco-chèques d’une valeur totale de 250 euros par ETP aux personnels du secteur socio-sanitaire de première ligne les plus touchés par la crise sanitaire (aide à la jeunesse, maison de justice, milieux d’accueil, Saspe, SOS enfants).