"On donne un doigt, ils prennent un bras": divisions au sein du CD&V au sujet de la piscine en plein air d'Anderlecht

Le CD&V est divisé dans le débat polarisé autour de la piscine en plein air d’Anderlecht.

placeholder
© DEMOULIN BERNARD

Plusieurs mandataires CD&V ont exprimé lundi leur désapprobation à l’égard d’un tweet du député de leur parti, Hendrik Bogaert portant sur la piscine publique en plein air qui s’est ouverte à Anderlecht et qui réservera l’accès aux seules femmes pendant une heure le samedi. L’initiative temporaire a toutefois soulevé la polémique.

M. Bogaert s’est également mêlé au débat. Il a déploré ces heures réservées, estimant qu’il ne fallait rien concéder sous le prétexte que si l’on "donne un doigt, ils prennent un bras" et averti qu’"au cas où", il n’était pas question de couloirs réservés aux musulmans à la Côte belge. "Nous ne sommes pas favorables à des heures de natation séparées sur la base de la croyance mais ce n’est pas non plus le but de cette heure séparée, a fait valoir ces mandataires. Il est vraiment regrettable qu’une aussi belle initiative issue du monde associatif - enfin un bassin de natation en plein air pour la jeunesse bruxelloise - soit détournée dans un débat polarisé."