“Il n’y a aucun espace de confiance pour discuter”: le maigre espoir des sans papiers douché

Les grévistes de la faim, les associations et le monde politique se sont rencontrés. Sans avancée.

placeholder
© belga
Un terrible silence régnait sur la place du Béguinage ce mercredi, là où se situe l’église occupée par près de 200 sans-papiers, en grève de la faim depuis 46 jours. "Si vous passez la porte, vous pleurez. C’est un désastre", assure Ahmed, porte-parole du mouvement de grève. Depuis...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet