Ihsane Haouach demande à être entendue suite à la publication du rapport de la Sûreté de l'Etat

Elle se dit profondément choquée par le contenu de la note rédigée à son propos divulgué dans la presse.

Ihsane Haouach demande à être entendue suite à la publication du rapport de la Sûreté de l'Etat
©RTL
T.G

La note de trois pages sur la "récente nomination d’Ihsane Haouach" rédigée, en néerlandais, par la Sûreté de l’État fait état, pour la plus grosse partie, du rôle, de la position et de l’action politique du mouvement des Frères musulmans en Belgique et à l’étranger, explique la RTBF, qui a pu lire le rapport. Il revient ensuite plus précisément sur le cas de l’ex-commissaire du gouvernement à l’égalité hommes-femmes. Si le rapport signale qu’"Ihsane Haouach elle-même n’est pas membre des Frères musulmans et n’a jamais attiré l’attention en raison de positions extrémistes concrètes", celui-ci recommande en guise de conclusion de prendre contact avec le cabinet de Mme Schlitz afin de faire le point sur ces questions. La Sûreté suggère également de "contacter Mme Haouach elle-même à un stade ultérieur afin de la sensibiliser à cette question".

À la suite de la publication de cette note, l’ex-commissaire du gouvernement à l’Institut pour l’égalité femmes-hommes se montrait choquée par son contenu. "J’ai pris la décision de démissionner à la suite des attaques personnelles incessantes et le harcèlement que je subis depuis des semaines. J’ai posé ce choix afin de préserver ma santé mentale, celle de mes proches ainsi que l’IEFH" , explique-t-elle.

Une demande de rencontre rapide

"Malgré ma démission et toutes mes explications antérieures, on ne cesse de tenter de salir mon nom. Un rapport de la Sûreté de l’État me concernant vient d’être diffusé dans un article de presse", déplore Mme Haouach. "Je n’ai à ce stade pas été contactée par la Sûreté de l’État. Je vais moi-même demander à les rencontrer dans les plus brefs délais, afin de faire la lumière sur cette histoire", conclut la jeune femme.

Sur le même sujet