Nollet charge Georges-Louis Bouchez sur l'affaire Haouach : "Il a poussé les journalistes à écrire des choses qu’il savait fausses"

Le président d'Ecolo a défendu la nomination d'Ihsane Haouach, désormais ex-commissaire du gouvernement à l'égalité hommes-femmes, malgré les accusations autour de ses liens avec les Frères musulmans.

L'affaire Haouach ne cesse de faire des remous en Belgique. Après avoir démissionné de son poste de commissaire du gouvernement à l'Institut pour l'égalité hommes-femmes, la jeune femme est accusée d'avoir des liens avec les Frères musulmans.

Ecolo, à l’origine de la nomination d'Ihsane Haouach par l'intermédiaire de la secrétaire État Sarah Schlitz, se retrouve ainsi au cœur de la polémique. Invité dans la matinale de Bel RTL ce mardi, Jean-Marc Nollet s'est défendu de ce choix et considère que sa démission "est un véritable gâchis à trois niveaux. Son nom a été jeté en pâture, elle a été salie, elle a été démolie avec une violence parfois inouïe sur les réseaux sociaux. C’est aussi très mauvais pour tous les citoyens qui se battent pour une société ouverte et pour les libertés. Et pendant des jours, on a occulté d’autres dossiers, notamment celui des sans-papiers".

Concernant le possible lien de l'ex-commissaire avec les Frères musulmans, évoqué dans un rapport de la Sûreté de l’Etat, le président d'Ecolo est convaincu de la sincérité d'Ihsane Haouach et a rejeté la faute sur son partenaire au sein de la Vivaldi : "Je suis scandalisé par la manière dont certains, pour le citer Georges-Louis Bouchez, ont poussé les journalistes à écrire des choses qu’il savait fausses", a-t-il déclaré. "Le rôle qu’a eu Georges-Louis Bouchez dans ce dossier est vraiment problématique, interpellant. Il a notamment tenté de faire croire que Sarah Schlitz avait toute l’information avant d’aller au Parlement, c’est faux".

"Contrairement à ce qui a été écrit : Ihsane Haouach n’est pas membre des Frères musulmans, elle n’a pas eu de propos extrêmes et surtout la conclusion du rapport n’est pas qu’il y a un risque avec Ihsane Haouach mais qu’il y a risque pour Ihsane Haouach et qu’il faut donc l’informer et la protéger. C’est fondamentalement différent de ce que certains ont poussé des journalistes à écrire", a martelé Jean-Marc Nollet.

Une lourde accusation à laquelle le président du MR a répondu. "Quel respect pour la liberté de la presse. Selon le co-président d’Ecolo les journalistes sont des personnes qui écrivent ce qu’on leur demande", a-t-il écrit sur Twitter. "Scandalisé par la complaisance face aux atteintes à la neutralité de l’Etat. Écolo doit revenir à la raison"


Sur le même sujet