La Chambre reconnaît le génocide yézidi perpétré par l'État islamique

La Chambre a approuvé jeudi en séance plénière à l'unanimité une proposition de résolution visant à reconnaître et à poursuivre les crimes de génocide à l'encontre des Yézidis ainsi qu'à leur venir en aide.

placeholder
© de tessières
belga

Par cette résolution, la Chambre "reconnaît et condamne" le crime de génocide perpétré par l'État islamique en Irak et en Syrie à l'égard des Yézidis à partir de 2014. Les députés demandent en outre au gouvernement fédéral d'utiliser "toutes les voies de droit interne et international pour s'assurer que le crime de génocide perpétré contre les Yézidis en Irak et en Syrie par l'État islamique ne reste pas impuni."

Les élus demandent également à l'exécutif "d'encourager et de soutenir les efforts de la justice belge afin d'identifier et de poursuivre en justice les éventuels auteurs belges de crimes à l'égard de la communauté yézidie." Ils appellent en outre la Belgique à participer au retour des yézidis sur leur terre et à aider à la reconstruction.

Ce texte, déposé par le cdH, a été cosigné par Koen Metsu (N-VA) ainsi que les sept partis de la Vivaldi et DéFI. Le cdH Georges Dallemagne et Koen Metsu s'étaient rendus à la fin de l'année dernière sur le terrain syrien. La commission des Affaires extérieures avait également procédé à deux journées d'auditions de victimes, dont Nadia Murad, prix Nobel de la Paix.

"C'est un crime terrible à l'égard d'une toute petite communauté, aujourd'hui disséminée, une communauté discrète et souvent harcelée", a commenté Georges Dallemagne. "Les preuves sont accablantes et les experts que nous avons appelés ont tous été unanimes pour confirmer ce crime parmi les crimes. Notre résolution envoie un message ferme et clair. Elle réclame aussi que les crimes soient poursuivis et sanctionnés", a--t-il ajouté, indiquant que des terroristes belges ont été identifiés par les Yézidis comme faisant partie de leurs tortionnaires.