Affaire Jürgen Conings: l'ex-général Buchsenschmidt "choqué" par l'éviction du chef du SGRS

Le lieutenant-général en retraite Guy Buchsenschmidt s'est dit samedi "profondément choqué" par l'éviction du général-major Philippe Boucké de son poste de sous-chef d'état-major renseignement et de chef du service de renseignement de l'armée, le SGRS, annoncé vendredi par les deux plus hauts responsables du ministère de la Défense.

Affaire Jürgen Conings: l'ex-général Buchsenschmidt "choqué" par l'éviction du chef du SGRS
©Belga
Belga

Cette éviction du "patron" du Service général du renseignement et de la sécurité "m'a profondément choqué", a indiqué cet ancien commandant du Corps européen (ou Eurocorps) dans une déclaration faite à l'agence Belga.

"A titre personnel d'abord. Car à l'époque où il servait sous mes ordres, au département opérations et entraînement, j'ai été assisté par un officier remarquable, voire exceptionnel: discipliné, loyal, travailleur infatigable, cartésien, visionnaire?", a souligné l'ex-général.

"Le voici maintenant voué à une vindicte publique, à l'issue d'une carrière brillante, ponctuée de missions opérationnelles et de brillantes fonctions de commandement. Dorénavant, son image sera à jamais salie sur internet", a ajouté M. Buchsenschmidt.

"Je suis passé par là et j'en mesure au jour le jour les conséquences", a-t-il poursuivi, en faisant référence à une affaire de harcèlement qui l'a mené en justice.

L'ex-général dénonce "une habitude du monde politique de se servir de lampistes pour calmer le tsunami médiatique". "Souvenez-vous du Rwanda, en 1994. Qui a payé, au final? Les politiques, coupables d'incroyables incuries? Non, car on a préféré accabler de tous les maux des militaires de terrain: le colonel (Luc, ndlr) Marchal et le lieutenant-colonel (Jo) Dewez, pour ne citer que ceux-là", fait-il valoir.

Il qualifie d'"ineptie" le fait que le SGRS va changer de tête pensante. "Qui d'autre que Philippe Boucké pouvait, avec son expérience, sa sagesse et ses connaissances, tirer les leçons d'une affaire Conings qui ne représente finalement qu'un non-évènement, dans un univers infiniment plus inquiétant, pour ne pas dire cauchemardesque. Car le pire est à venir?", a-t-il prévenu.

L'ex-général souhaite à son ancien subordonné "Good luck" et "courage". "Nous les militaires te soutenons sans réserve", a-t-il conclu.

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), et le chef de la Défense (Chod), l'amiral Michel Hofman, ont annoncé vendredi avoir pris "d'un commun accord" la décision de remplacer le général-major Philippe Boucké à la tête du SGRS par le vice-amiral Wim Robberecht, à la mi-août.

Sur le même sujet