Malgré le variant Delta, les Belges évitent un nouveau tour de vis sanitaire: retour sur les annonces du Codeco

Le Comité de concertation autorise l’utilisation du Covid Safe Ticket pour les événements de plus de 1 500 personnes.

Pas de révolution. Le comité de concertation s’est réuni lundi après-midi afin d’examiner l’état de la crise sanitaire et d’ajuster le tir pour quelques mesures. Cet exercice estival est délicat car la Belgique, comme beaucoup d’autres pays, vit dans la crainte d’une vague de contaminations à la nouvelle déclinaison du Covid-19 (le variant Delta). Inversement, les autorités gouvernementales ne souhaitent pas céder à la panique et resserrer la vis trop rapidement. Le plan de vaccination avance très bien en Belgique et il faut en tenir compte.

Le déconfinement "pas à pas" reste la règle

Selon le Premier ministre Alexander De Croo, (Open VLD) présentant lors d’une conférence de presse les mesures validées en Codeco, il s’agit de s’en tenir à la prudente politique du "pas à pas". De même, le chef du gouvernement fédéral veut éviter, selon ses propres mots, de faire du "on/off" dans les mesures. À savoir, déconfiner trop rapidement et trop largement et devoir ensuite imposer des restrictions de liberté pour contrôler la hausse des contaminations.

Que donnent dans la pratique ces principes de bon sens ? Comme nous l’annoncions lundi, le Codeco a approuvé un dispositif plus strict concernant les règles sanitaires encadrant les voyages. Par exemple, les personnes qui ne sont pas complètement vaccinées et qui reviennent d’un pays européen (espace Schengen) où un variant dangereux circule de manière inquiétante - que ce pays soit en code vert, orange ou rouge - devront faire un test PCR le jour 1 et le jour 7 avec une quarantaine obligatoire de dix jours si les tests sont positifs.

Remarquons toutefois que, pour le moment, aucun pays de la zone Schengen ne se trouve dans une situation où la circulation de variants est telle que cette règle devrait être appliquée. Par ailleurs, le test du jour 1 n’est pas nécessaire si la personne en question a déjà subi un test PCR dans les 72 heures précédant son arrivée sur le territoire belge.

Contrôles renforcés pour les voyages

Les contrôles visant les formulaires de localisation des passagers (les "Passenger Locator Form" ou PLF) et les certificats Covid numériques seront renforcés, surtout dans les aéroports et les gares. Les autorités sont sourcilleuses à ce sujet car ces documents sont stratégiques dans le cadre de la bonne application de la politique de tracing.

Le coronapass belge soulage l’événementiel

Après les voyages, l’événementiel. Comme annoncé également, le Comité de concertation va étendre le champ d’application du coronapass à la mode belge (le Covid Safe Ticket ou CST). À partir du 13 août, le CST pourra être utilisé pour des événements qui réunissent au moins 1 500 personnes, à l’extérieur dans un premier temps, à l’intérieur aussi dès le 1er septembre. Les détenteurs du précieux sésame pourront participer à ces événements sans contrainte ni distanciation sociale. Ce coronapass est attribué aux personnes qui ont un test PCR négatif de 48 heures au maximum, qui sont vaccinées à 100 % depuis deux semaines au moins ou qui ont un certificat qui prouve qu’ils ont eu le Covid. Il devait servir initialement aux événements de plus de 5 000 personnes seulement.

Précision importante : les tests antigéniques, moins fiables, ne pourront pas être utilisés dans le cadre de d’obtention du Covid Safe Ticket.


Sur le même sujet