Foot et politique : "Le football est un des rares sports où le plus petit peut gagner"

La politique, ce sont – aussi – des batailles homériques, des affrontements farouches, des joutes serrées. Est-ce parce que leur métier les habitue à mener parfois des batailles homériques que de nombreux hommes – et femmes – politiques en pincent pour le football ? Ou est-ce, plus prosaïquement, parce qu’en affichant les couleurs du club local ils espèrent toucher les supporters qui sont aussi des électeurs ? La Libre part cette semaine à la rencontre de ces mordus du ballon rond qui se sont égarés dans les travées des parlements. François De Smet, député fédéral et président de Défi.François De Smet a, lui, foulé les tribunes d’un stade de football une seule fois. Il s’intéresse d’abord aux émotions.

Foot et politique : "Le football est un des rares sports où le plus petit peut gagner"
©JEAN LUC FLEMAL
Il tenait donc le bon pronostic : une finale Italie - Angleterre et une victoire des Italiens. Le 5 juillet 2021 déjà, François De Smet avait tapé dans le mille quant à l’épilogue du championnat d’Europe de football 2020. Depuis le balcon, il a suivi le tournoi "tel un Belge lambda", dixit l’intéressé. Mais, de toute évidence, le regard du philosophe...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité