Egbert Lachaert: "Le niveau fédéral doit être renforcé. Sinon, la Belgique s'écroulera"

Le président de l'Open Vld, Egbert Lachaert, veut donner plus de poids au Comité de concertation.

Egbert Lachaert: "Le niveau fédéral doit être renforcé. Sinon, la Belgique s'écroulera"
©GUILLAUME JC
Belga

"Si les Régions ne trouvent pas d'accord sur un dossier, le fédéral doit pouvoir trancher", estime-t-il vendredi dans le Krant van West-Vlaanderen. "Le niveau fédéral doit être renforcé. Sinon, la Belgique s'écroulera", juge encore le libéral flamand. "Je veux donner plus de pouvoir au Comité de concertation. Il doit devenir l'arbitre. Si les Régions ne trouvent pas d'accord sur un dossier, le fédéral doit pouvoir trancher. Le Comité de concertation est l'instrument idéal pour cela".

Le Comité de concertation réunit des ministres fédéraux, régionaux et communautaires. Il a été prévu à l'origine pour prévenir ou résoudre des conflits d'intérêts ou de compétence entre les entités fédérées et le fédéral. Ces derniers mois, cet organe a joué un rôle important dans la gestion de la crise sanitaire.

Egbert Lachaert estime que le niveau fédéral est devenu aujourd'hui en quelque sorte le jouet des autres niveaux de pouvoir. "Cela ne marche pas. Le meilleur exemple est la saga autour des centrales au gaz. Il n'est quand même pas possible qu'un niveau de pouvoir s'oppose à un autre. Si cela se produit, le gouvernement fédéral doit pouvoir intervenir".

En échange d'un rôle accru du fédéral au sein du Comité de concertation, le président de l'Open Vld est prêt à ce que davantage d'autonomie soit concédée aux Régions. "Mais sans une coordination centrale, le pays ne peut plus fonctionner".

Egbert Lachaert plaide par ailleurs dans le journal flandrien pour un statut social unique pour les travailleurs, fonctionnaires et indépendants, qualifiant le système actuel de "complexe et injuste". "Tous ceux qui travaillent doivent bénéficier du même niveau de protection".

Enfin, le président des libéraux flamands se dit favorable à ce que l'euthanasie soit ouverte aux personnes souffrant de démence. Le débat sur l'euthanasie doit être remis sur la table, selon lui.

Sur le même sujet