Jean-Marc Nollet : "Le calendrier de sortie du nucléaire sera respecté"

Dans une longue interview au journal l'Echo, le co-président d'Ecolo, Jean-Marc Nollet, s'est exprimé sur plusieurs sujets environnementaux, dont l'impact du rapport du Giec en Belgique, les gaz à effet de serre, ou la sortie du nucléaire.

Jean-Marc Nollet : "Le calendrier de sortie du nucléaire sera respecté"
©BAUWERAERTS DIDIER

Pour Jean-Marc Nollet, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, c'est "le défi de toute une génération". Le dernier rapport alarmant du Giec aura-t-il un impact sur la politique du gouvernement De Croo ? Le co-président d'Ecolo s'est montré satisfait des ambitions du fédéral.

"Vous ne m'entendrez pas pointer du doigt, culpabiliser ou exprimer un point de vue désespéré sur la situation, mon premier message est positif. Ce n'est pas gagné, la Belgique comme le monde a pris beaucoup de retard, mais cela reste possible. Mon deuxième message, c'est qu'on n'a plus de temps à perdre. Il faut une mobilisation de tous tout le temps et une accélération des décisions. On a veillé à inscrire dans les accords de gouvernement des objectifs alignés sur les besoins, sur l'accord de Paris. (...) En 2021/2022, il faudra prendre des mesures qui traduisent ces objectifs".

Mais alors qu'en est-il de la question du nucléaire ? "On parle de la prolongation éventuelle d'un ou deux réacteurs. Le reste du débat est clos. On parle donc de moins d'un vingtième de la politique énergétique de la Belgique. Quand bien même prolongerait-on ces deux réacteurs, il faudrait des centrales au gaz. Cette polémique est aussi puérile qu'inutile. L'accord de gouvernement est très clair : le calendrier de sortie du nucléaire sera respecté", se défend l'Ecolo, avant de tacler son partenaire au sein de la Vivaldi, Georges-Louis Bouchez.

Jean-Marc Nollet s'est montré critique envers les réticences du président du MR, qui a négocié l'accord de gouvernement, sur l'abandon du nucléaire : "Remplacer le nucléaire par du gaz peut être contre-intuitif pour quelqu'un qui n'est pas averti. Mais pour un responsable politique comme Georges-Louis Bouchez qui a négocié l'accord de gouvernement, c'est soit de l'incompétence, soit de la malhonnêteté."

Mais alors la position des Verts sur le nucléaire n'est-elle pas obsolète? "Notre position est pragmatique. Quels projets peuvent être mis en place à l'échelle industrielle dans des délais utiles par rapport au dérèglement climatique sans faire exploser la facture ? Le nucléaire n'est pas une solution. L'objectif pour nous ce n'est pas le nucléaire, mais d'atteindre les 100% d'énergie renouvelable, or le développement du nucléaire freine le développement du renouvelable."

"Un faux argument"

Le président du MR n'a pas tardé à réagir aux attaques de Jean-Marc Nollet. Sur Twitter, Georges-Louis Bouchez a tenu à remettre les points sur le i. "Des émissions de CO2, même calculées dans un ensemble européen, restent des émissions nocives pour la planète. C'est donc un faux argument mais je me garderai bien d'user du moindre qualificatif personnel", a-t-il déclaré.