"Les mesures sanitaires pour la rentrée scolaire sont malheureusement un possible signe avant-coureur que notre plus grande crainte va se réaliser"

David Leisterh (MR) regrette que la Région bruxelloise n'ait pas réussi à mettre à profit ces mois de vacances pour combler le retard pris dans la campagne de vaccination. Il craint les conséquences que cela pourrait avoir à la rentrée.

"Les mesures sanitaires pour la rentrée scolaire sont malheureusement un possible signe avant-coureur que notre plus grande crainte va se réaliser"
©DEMOULIN BERNARD
Alors que la rentrée approche à grands pas, l'inquiétude grandit à Bruxelles où la situation sanitaire se dégrade plus rapidement que dans le reste du pays. Si les données épidémiologiques de la capitale ne sont pas bonnes, le taux de vaccination n'est pas non plus au beau fixe. À la traîne par rapport à la Flandre et à la Wallonie, la Région bruxelloise peine à convaincre les plus réticents de ses habitants à sauter le pas. Au risque de devoir prendre une nouvelle série de mesures restrictives ne s'appliquant qu'aux 19 communes ? C'est ce que craint le président du MR bruxellois, David Leisterh. Le libéral n'est toutefois pas surpris face aux problèmes rencontrés dans la capitale. Au contraire, il est plutôt étonné que les autorités n'aient pas œuvré à élaborer une stratégie vaccinale adaptée aux besoins spécifiques d'une région comme Bruxelles. David...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet