Bart De Wever juge les nouvelles mesures sanitaires "inadéquates" et "inapplicables"

Le président de la N-VA, Bart De Wever, se montre critique à l'égard du nouvel arrêté ministériel qui contient les mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Bart De Wever juge les nouvelles mesures sanitaires "inadéquates" et "inapplicables"
©BELGA
La rédaction Belga

Des assouplissements ont été décidés en comité de concertation, où les nationalistes sont représentés par le ministre-président Jan Jambon, mais certains lui paraissent difficiles à expliquer, par exemple, la possibilité qui sera offerte à une infrastructure comme le Sportpaleis d'Anvers d'organiser un événement avec 15.000 personnes alors qu'une boîte de nuit ne peut ouvrir ses portes à quelques centaines de personnes.

Et ce type d'incohérences ne date pas d'hier selon lui, mais incarne bien au contraire ce qu'il se passe depuis des mois. Le président de la NVA estime ainsi qu'Annelies Verlinden, la ministre de l'Intérieur, n'a "pas réussi à délivrer ne serait-ce qu'un seul arrêté ministériel décent".

"La loi est inadéquate. Chaque arrêté ministériel (qui entérine les mesures sanitaires : NDLR) est rempli de choses qui n'étaient pas voulues, qui ne sont pas applicables, d'échappatoires, etc.", a déclaré M. De Wever sur les ondes de Radio 1.

Il a notamment pointé la saga des plexiglas: lors de la réouverture des terrasses le 8 mai dernier, l'Horeca avait appris à la dernière minute que ces cloisons étaient proscrites."Je peux écrire un livre sur tous ces arrêtés ministériels qui contiennent des choses que vous ne pouvez pas faire si vous y réfléchissez pendant cinq minutes", a-t-il assuré.

Favorable à une levée des mesures corona

Le président de la NVA estime ainsi que la coupe est pleine pour la population qu'il est temps de traiter le Covid comme un virus normal comme ceux que nous avons chaque hiver. Il se montre ainsi favorable à une levée des mesures corona.

« On ne peut pas dire pendant un an : si on atteint un certain taux de vaccination, on lâchera les restrictions. Et quand on y arrivera, dites que ce n'est pas encore possible. La population a fait ce qu'elle a à faire, maintenant nous devons arrêter de prendre cette population en otage",a-t-il souligné sur Radio 1.

Egalement bourgmestre d'Anvers, M. De Wever a laissé entendre que les règles seraient strictement appliquées. En d'autres termes, ce qui correspond à la lettre de la loi stricto sensu ne sera pas sanctionné.

Sur le même sujet