Malgré la polémique, Sarah Schlitz a bien participé à la réunion interdite aux hommes: "Elle a reçu beaucoup de menaces assez violentes"

La réunion “en non-mixité choisie”, organisée par Etopia, s'est tenue ce vendredi 3 septembre dans le courant de l'après-midi.

Malgré la polémique, Sarah Schlitz a bien participé à la réunion interdite aux hommes: "Elle a reçu beaucoup de menaces assez violentes"
©Belga

Sarah Schlitz, la secrétaire d'État à l'Égalité des genres, à l'Égalité des chances et à la Diversité, s'est retrouvée au cœur d'une vive polémique ces derniers jours. En cause, l'annonce de sa participation à une marche "en non-mixité choisie" dédiée aux femmes, organisée par Etopia ce vendredi à Liège. Une marche qu'Oliviero Aseglio, porte-parole de Sarah Schlitz, préférait décrire comme une "balade entre filles", mais qui aura finalement laissé place à une rencontre dans un lieu à l'abri des regards. "Enraison des mesures Covid encore incertaines il y a quelques semaines, on avait préféré choisir une rencontre à l'extérieur, mais nous avons finalement pu opter pour une réunion à l'intérieur avec port du masque quelque part dans Liège. Mais, j'insiste ce n'était pas une marche ou une manifestation à la base, mais bien une promenade à travers la ville pour discuter sur l'impact du Covid sur les femmes", nous explique-t-il.

Cette "balade" avait vivement fait réagir. Des internautes avaient notamment dénoncé une forme de discrimination envers la gent masculine. Certains politiciens s'étaient eux aussi indignés, comme George-Louis Bouchez, président du MR, qui avait fait part de son mécontentement sur Twitter : "C'est soit de la provocation soit de l'incompétence. Dans les deux cas c'est inacceptable". Olivier Maingain, bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, avait même estimé de son côté que le Premier ministre aurait dû dissuader la secrétaire d'Etat de participer à un tel événement.

"C'est hallucinant que cette histoire ait pris une telle proportion"

Des réactions que le porte-parole de Sarah Schlitz ne comprend pas. "Je trouve ça incroyable, George-Louis Bouchez ne fait pas la pluie et le beau temps. Il fait lui aussi des réunions avecuniquement des hommes ou uniquement des femmes, tout comme les femmes libérales font des réunions entre elles. Il y a plein d'associations de femmes à travers le pays. Ici, il s'agit juste de citoyennes qui souhaitaient rencontrer Sarah Schlitz pour faire part de leurs ressentis en cette période de coronavirus. Plein d'études ont montré que l'épidémie a exacerbé l'inégalité entre les hommes et les femmes. Ce n'est pas un projet discriminatoire qui a pour but de rejeter les hommes. On ne va pas exclure les hommes, c'est juste un groupe de parole dédié dans ce cas-ci aux femmes. La secrétaire d'Etat rencontre plein d'autres groupes, qui sont parfois uniquement composés d'hommes. Elle écoute tout le monde. C'est hallucinant que cette histoire ait pris une telle proportion".

Si personne au sein du gouvernement ou de la présidence d'Ecolo n'a officiellement conseillé ou déconseillé à la Liégeoise de participer à cet événement, le porte-parole de Sarah Schlitz assure qu'elle a pesé le pour et le contre. "Elle a reçu beaucoup de menaces assez violentes à son encontre sur les réseaux sociaux. Donc elle a demandé aux organisateurs à ce que cette rencontre ne se fasse pas de manière publique, mais plus dans la tranquillité. Afin d'assurer la sécurité des participantes", a-t-il conclu.

Sur le même sujet