Bart De Wever: "Nous sommes pris en otage par les mesures sanitaires"

Invité sur VTM Nieuws, le président de la N-VA a exprimé sa lassitude envers les mesures sanitaires, alors que la Flandre fait la course en tête en matière de vaccination.

Bart De Wever: "Nous sommes pris en otage par les mesures sanitaires"
© BELGA
E.L

Ce jeudi déjà, Bart De Wever (N-VA) se montrait très critique envers les règles sanitaires toujours d'application en Belgique. Ce dimanche, sur le plateau de VTM Nieuws, le bourgmestre d'Anvers a réitéré ses propos, allant jusqu'à déclarer que ces mesures visant à limiter la propagation du coronavirus "prenaient en otage" la population.

Pour le président de la N-VA, le haut taux de vaccination en Flandre (90% de la population adulte a déjà reçu ses deux doses) justifierait la levée de certaines mesures: "La Flandre va atteindre un record mondial au niveau du taux de vaccination. Mais nous sommes pris en otage par des mesures sanitaires, qui ne sont désormais plus supportées".

"Il faut que ça s'arrête"

Bart De Wever déplore notamment la différence avec Bruxelles en termes de couverture vaccinale: "À Bruxelles, le taux de vaccination des jeunes de 12 à 17 ans est de 17 %. Ils ont un vrai problème là-bas. Vous ne pouvez pas dire à tous les Flamands : 'Vous devez continuer à suspendre et à limiter votre vie parce qu'il y a un problème ailleurs'. C'est fini, il faut que ça s'arrête."

Si le nationaliste flamand estime que la prudence doit rester de mise, en continuant par exemple à respecter certaines mesures d'hygiène comme en période de grippe, il juge que le port du masque devrait appartenir au passé. "Tout le monde a le droit de porter un masque buccal, mais le fait qu'il soit rendu obligatoire pour tous, dans la vie professionnelle et dans les loisirs, est quelque chose que nous devrions pouvoir laisser derrière nous".

Enfin, le bourgmestre d'Anvers s'est dit "opposé" à une obligation vaccinale pour tous et a plaidé pour davantage de compréhension à l'égard des personnes réticentes à se faire vacciner. "Nous ne devons pas les stigmatiser et les rejeter comme égoïstes et irresponsables", a-t-il déclaré. "Si non, vous obtenez vraiment un mouvement anti-vax militant et agressif".

Egbert Lachaert également en faveur d'un allègement pour la Flandre

Le président de l'Open VLD Egbert Lachaert, invité dans l'émission "De Zevende Dag", a lui aussi estimé que les mesures sanitaires devraient être levées "dès maintenant".

Il a notamment plaidé pour des mesures différentes en fonction de la couverture vaccinale de chaque Région. Ainsi, certaines règles pourraient encore être nécessaires à Bruxelles, mais aucunement pour la Flandre: "Si nous ne donnons pas la liberté aux Flamands maintenant alors que la vaccination a atteint 90 % de la population dans le nord du pays, quand allons-nous le faire ?", s'est-il interrogé.

Sur le même sujet