Sophie Wilmès sur la couverture vaccinale à Bruxelles : "Je m'interroge sur l'incapacité qu'il y a eu d'anticiper le problème"

La ministre des Affaires étrangères était l'invitée de Jeudi en prime sur la RTBF, où elle est notamment revenue sur le pass sanitaire et la situation épidémiologique à Bruxelles.

Sophie Wilmès sur la couverture vaccinale à Bruxelles : "Je m'interroge sur l'incapacité qu'il y a eu d'anticiper le problème"
© Marie Russillo

Interrogée sur l'élargissement du pass sanitaire, notamment à Bruxelles, dont le MR n'est pas un grand supporter, Sophie Wilmès est restée sur la réserve. " Si c'est pour faire en sorte que les gens se vaccinent alors c'est un coup de canif dans le contrat qu'on a passé avec les citoyens, on a dit que c'était volontaire. Par contre si on utilise le pass sanitaire pour diminuer la circulation du virus dans la société ça pourrait s'entendre, mais il faut que la mesure soit proportionnée et que l'efficacité soit prouvée ", a commenté la ministre.

Elle a toutefois assuré " qu'entre une fermeture d'un secteur ou l'utilisation du pass sanitaire, le MR ne serait jamais pour la fermeture d'un secteur" . Face aux mauvais chiffres épidémiologiques à Bruxelles, l'élargissement du Covid Safe Ticket est-il donc nécessaire ? " Si l'objectif du pass c'est de répondre à l'échec de la vaccination à Bruxelles, alors j'attends que l'on nous explique pourquoi ", a insisté la libérale.

Effectivement la couverture vaccinale de la Région bruxelloise est loin d'être suffisante comparée à celle de la Flandre ou de la Wallonie, cela relève-t-il d'une incompétence politique ? " Je ne peux pas le dire, c'est toujours facile de juger de l'extérieur. Mais je m'interroge sur l'incapacité qu'il y a eu d'anticiper le problème. C'était déjà visible l'année dernière. Rappelez-vous il y avait déjà eu des soucis selon les quartiers pour faire respecter les règles sanitaires, certaines zones de Belgique drainaient davantage de circulation du virus, donc on pouvait prévoir que toutes les régions ne réagiraient pas de la même façon à la proposition vaccinale. Donc je me pose la question de pourquoi ce retard ", a pointé Sophie Wilmès.

Alors que les hôpitaux repassent en phase 1A du plan d'urgence, un comité de concertation est prévu la semaine prochaine pour faire le point sur la situation, qui semble particulièrement inquiétante à Bruxelles. " Lorsque l'on compare les niveaux de soins intensifs par rapport à la même époque l'année dernière, ils sont près de quatre fois plus importants alors qu'on a le vaccin ", a alerté Wilmès. "Je ne suis pas experte, j'attends le voir les modèles en Codeco, mais une mise au point doit être faite ", a-t-elle déclaré.

Sur le même sujet