Pass sanitaire, Horeca, port du masque...: le Comité de concertation a pris de nouvelles mesures, mais De Croo annonce "une mauvaise nouvelle"

Voici ce qu'a décidé le Comité de concertation, qui s'est réuni à 14 heures ce vendredi.

Un nouveau Comité de concertation s'est réuni ce vendredi 17 septembre pour discuter de la marche à suivre pour les mois à venir. Au menu des débats figuraient notamment le Covid Safe Ticket bruxellois, un allègement concernant le port du masque et la réouverture très attendue des discothèques.

Prenant la parole à 18 heures à l'issue de la réunion, le Premier ministre a commencé avec les bonnes nouvelles. "Le taux de vaccination dans notre pays est très élevé, nous sommes dans le top européen, même mondial", s'est-il félicité. "(...) Si aujourd'hui on n'avait pas ces vaccins, si tous ces gens ne s'étaient pas fait vacciner, on ne pourrait pas prendre les décisions que je vais vous annoncer. Ce haut niveau de vaccination a permis au Comité de concertation de franchir une nouvelle étape."

Assouplissements relatifs au port du masque

M. De Croo a ainsi annoncé que l'on pouvait à présent assouplir les mesures relatives au port du masque. "Cela ne veut pas dire qu'ils ne sont plus utiles, il y a encore des endroits où le masque reste très important comme dans les transports en commun, les gares, les aéroports, les établissements de soins, les métiers de contact médicaux, les métiers de contact non médicaux et les événements de plus de 500 personnes en intérieur qui n'utilisent pas le Covid Safe Ticket."

Réouverture des discothèques

Les discothèques pourront rouvrir à partir du 1er octobre, mais uniquement avec le Covid Safe Ticket.

"Une mauvaise nouvelle"

Le libéral flamand a toutefois tenu à nuancer son propos. "Là où le taux de vaccination n'est pas élevé, nous ne pouvons pas faire ce pas en avant", a-t-il ajouté. "Ce qui m'amène à une mauvaise nouvelle. En début d'exposé, j'ai présenté les bons chiffres de vaccination, mais ils sont éclipsés par le fait qu'il y a encore des personnes qui ne sont pas vaccinées. C'est surtout le cas dans la région de Bruxelles-Capitale. C'est une situation qui n'est ni acceptable, ni tenable. Là où il n'y a pas de personnes suffisamment vaccinées, les chiffres n'évoluent pas dans la bonne direction".

Le Premier ministre a plus que jamais appelé les Belges encore hésitants à se faire vacciner. "Cette épidémie est en train de devenir une épidémie des personnes non-vaccinées. On rassemble aujourd'hui dans les soins intensifs des personnes qui ne sont pas vaccinées. Ce n'est pas acceptable. Ces personnes mettent en danger d'autres personnes", a-t-il affirmé.

Une situation particulière à Bruxelles

Le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort (PS), a d'ores et déjà annoncé que les mesures concernant le port du masque allaient rester plus strictes à Bruxelles que dans le reste du pays. Il restera obligatoire dans les magasins, les restaurants et les bars. "L'introduction du Covid Safe Ticket nous permettra ensuite de lever le port du masque dans ces secteurs concernés", a-t-il toutefois précisé.

Au sujet de l'assouplissement des mesures, Elio Di Rupo a quant à lui précisé que "les Régions examineront la situation". "Moi je plaide pour la prudence. Dans les endroits où il y a des personnes vaccinées et non vaccinées, à l'intérieur, il vaut mieux porter le masque. Mais aussi à l'extérieur lorsqu'il y a une très forte densité de personnes", a ajouté le ministre-président wallon.

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (s.pa), a salué la décision "prudente" de la Wallonie et de Bruxelles de ne pas assouplir les mesures relatives au port du masque.

Enfin, le socialiste flamand a indiqué que le Comité de concertation avait esquissé un calendrier pour passer la main aux régions dans la gestion de la crise. Les autorités fédérales ont décidé de dresser un inventaire d'ici fin octobre de tout ce qui était nécessaire pour pouvoir passer la main dans les meilleures conditions.



Sur le même sujet