Frank Vandenbroucke : "C’est la possible combinaison de deux épidémies qui m’inquiète beaucoup"

Avant le comité ministériel restreint (kern) de ce lundi, le ministre de la Santé, était l'invité de la matinale de la Première.

Frank Vandenbroucke : "C’est la possible combinaison de deux épidémies qui m’inquiète beaucoup"
©Jean Luc Flémal

Frank Vandenbroucke a d'abord rappelé les chiffres à la hausse du coronavirus en Belgique. "Vendredi on était proche de 7000 cas par jour, c'est une hausse exponentielle", a-t-il averti, avant de temporiser."Quelle chance que nous ayons les vaccins, sans cela nous serions dans une catastrophe sanitaire, sociale et économique... De grâce que tout le monde se fasse vacciner, même les enfants", a-t-il martelé.

La couverture vaccinale frise les 75% de la population en Belgique."Même si le vaccin offre une protection efficace, avec une telle circulation du virus, il y a quand même des vaccinés qui tombent malades donc il faut absolument juguler la propagation du virus". Pour cela, le ministre rappelle que le port du masque et le Covid Safe Ticket sont des outils efficaces. "A Bruxelles et en Wallonie il faut d'abord appliquer de manière rigoureuse ces mesures. Il faut aussi qu'on devienne plus prudents dans notre vie quotidienne, et appliquer la distanciation sociale de nous même", a-t-il insisté.

A l'heure actuelle, les mesures ne sont pas toutes les mêmes sur l'ensemble du pays. La Flandre a davantage relâché ses règles, et c'est d'ailleurs l'objet du kern de ce jour. "Il faut harmoniser les mesures maintenant : le port du masque s'impose de nouveau en Flandre. Le télétravail est aussi un instrument utile, comme la ventilation des cafés, restaurants et des écoles qui est très importante aussi". Toutes ces mesures sont aussi efficaces contre la grippe, rappelle le ministre de la Santé, qui s'inquiète qu'une épidémie de grippe s'ajoute à celle du covid. "C'est la possible combinaison de deux épidémies qui m'inquiète beaucoup".

"Le virus n'est pas très impressionné par les débats politiques, il ne comprend pas les frontières linguistiques non plus. Je crois qu'il faut être pragmatique", a-t-il ajouté. Revenant sur la volonté de Jan Jambon d'étendre la 3e dose de vaccin à toute la population en Flandre, Frank Vandenbroucke ne partage pas l'idée de son compatriote :"Si une troisième dose est nécessaire, on ne sait pas quand. Les études ne sont pas encore probantes, la priorité est d'abord de vacciner tout le monde."

Pas de nouvelles fermetures

Concernant les écoles, le ministre n'est pas non plus pour un retour des cours à distance : "Je préfère des cours en présentiel avec le masque, pour assurer un lien social.Tous les enfants entre 12 et 17 ans doivent se faire vacciner immédiatement, la ventilation doit aussi être renforcée", a aussi insisté Vandenbroucke, conscient de la difficulté d'appliquer les mesures sur le terrain parfois.

Le socialiste a tout même rassuré : un nouveau lockdown n'est pas à l'ordre du jour. La couverture vaccinale est relativement suffisante selon lui, et les mesures actuelles suffisent. "La vaccination et le CST sont des instruments de liberté et de sécurité".

Sur le même sujet