Theo Francken plaide pour la réintroduction des quotas d'asile

Le député N-VA Theo Francken plaide pour une limitation temporaire du nombre de demandes d'asile afin de contrer la surcharge du réseau d'asile. En tant que secrétaire d'État, Francken avait déjà introduit un quota de cinquante demandes d'asile par jour, mais le Conseil d'État a suspendu cette mesure parce qu'elle allait à l'encontre des droits fondamentaux des demandeurs d'asile.

Theo Francken plaide pour la réintroduction des quotas d'asile
©BELGA
Avec Belga

À cause de la crise sanitaire, les demandes d'asile dans notre pays sont restées longtemps en suspens, mais ce n'est plus le cas depuis quelques semaines. En septembre, pour la première fois depuis des années, plus de 3 000 personnes ont demandé l'asile en Belgique.

Selon Theo Francken, le réseau d'accueil est complètement saturé et les services sont à bout de souffle. L'ancien Secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration a présenté aujourd'hui un plan en dix points, comprenant un plaidoyer pour la réintroduction d'un quota d'asile temporaire.

Francken lui-même a introduit un quota fin 2018, à la suite duquel le département de l'immigration n'a pu traiter que cinquante demandes d'asile supplémentaires par jour. Cette mesure était nécessaire pour faire face à l'augmentation du nombre de demandes et la priorité a été donnée aux profils les plus vulnérables, avait-on dit à l'époque, mais après les protestations d'un certain nombre d'ONG, le Conseil d'État a suspendu cette mesure. Selon la plus haute juridiction du pays, le gouvernement rendait excessivement difficile pour certains demandeurs d'asile l'exercice de leur droit de demander l'asile, un droit fondamental. La ministre Maggie De Block, successeur de Francken après la chute du gouvernement fin 2018, est revenue sur cette décision.

Des règles plus strictes

Toutefois, selon M. Francken, désormais nouveau député du parti d'opposition N-VA, le quota doit être reconsidéré, "dans le cadre de l'impossibilité pratique d'offrir un accueil à tout le monde". "Nous menons la bataille juridique sur cette question de manière approfondie et précise", déclare-t-il dans son plan en dix points.

En outre, la N-VA plaide également pour des règles plus strictes en matière de regroupement familial, une suspension temporaire du regroupement familial pour les personnes bénéficiant de la protection des subventions pendant deux ans et un arrêt de la réinstallation. De nombreuses propositions sont déjà présentées à la Chambre sous la forme d'un projet de loi et peuvent être votées immédiatement, souligne-t-il. "Aucune de ces mesures n'est en soi une panacée ; la migration est un phénomène trop complexe pour cela, et la migration illégale l'est certainement", dit-il. "Néanmoins, nous proposons un certain nombre de manettes pour opter pour un véritable changement".

L'actuel Secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Sammy Mahdi (CD&V) a annoncé plus tôt dans la journée que la Belgique allait mieux coopérer avec les Pays-Bas et le Luxembourg pour mettre en œuvre plus rapidement les règles de Dublin. Cela devrait permettre de renvoyer plus rapidement dans le pays en question les personnes qui ont déjà terminé ou sont en train de terminer une procédure d'asile ailleurs dans le Benelux. Des consultations sur les nouvelles règles de Dublin sont en cours en Europe depuis un certain temps, mais ces discussions ne se déroulent pas sans heurts.

Sur le même sujet