Grève Fedasil : impossible de changer la politique du personnel de Fedasil en deux semaines, dit S. Mahdi

Le secrétaire d'État à l'asile et à la migration, Sammy Mahdi, dit comprendre les préoccupations du personnel, mais il regrette la nouvelle action de grève lancée mercredi au centre de traitement des demandes d'asile du Petit Château à Bruxelles, a-t-il dit mercredi. Le secrétaire d'État a ajouté qu'il n'était pas en mesure de changer en quinze jours une politique du personnel qui est organisée comme cela depuis des années.

Les travailleurs de Fedasil ont déposé un préavis de grève pour l'ensemble des centres de Belgique, a annoncé mercredi la CGSP. Le personnel déplore un manque d'action du monde politique face au manque de place dans les centres d'accueil et à la dégradation des conditions de travail.

Une action de grève a déjà été menée mercredi au Petit Château.

Selon Sammy Mahdi, des accords avaient déjà été conclus lors de concertations précédentes sur les conditions de travail chez Fedasil, comme le travail sous contrats temporaires et les horaires peu clairs.

Les syndicats ont à nouveau soulevé cette question auprès du secrétaire d'État mardi. Le secrétaire d'État a affirmé mercredi ne pas être en mesure de changer en quinze jours une politique du personnel qui est organisée comme cela depuis des années.

Entre-temps, les dernières mesures pratiques sont prises pour activer les lieux d'accueil. De nouvelles places seront ouvertes la semaine prochaine. En outre, en concertation avec les services, on agit pour augmenter les sorties du réseau d'accueil. L'afflux est également limité par la mise en attente de la réinstallation de réfugiés de pays tiers en Belgique, par des campagnes d'expulsion de personnes ne pouvant bénéficier de l'asile dans notre pays et par la mise en œuvre du retour dans le premier pays où l'asile a été demandé, a encore expliqué Sammy Mahdi.

Mardi, le secrétaire d'Etat a signé un accord avec les Pays-Bas et le Luxembourg pour mettre en œuvre efficacement les transferts Dublin. Au cours des trois dernières années, seuls 193 transferts sur 1695 ont été effectivement réalisés, a-t-il encore tenu à dire.