Coronavirus: le parlement wallon approuve les modifications à l'accord-cadre sur le CST

Le Parlement de Wallonie a approuvé, jeudi après-midi, le décret modifiant l'accord-cadre entre les entités fédérées et le fédéral qui ouvre la voie à l'extension du covid safe ticket (CST). La majorité PS-MR-Ecolo a voté en faveur du texte. le cdH s'est abstenu et le PTB a voté contre.

Coronavirus: le parlement wallon approuve les modifications à l'accord-cadre sur le CST
©BELGA
BELGA

Le parlement s'était déjà prononcé sur ce décret le 30 septembre dernier mais il a dû être modifié après le comité de concertation de mardi. Face à la hausse des contaminations au covid, le codeco a en effet pris acte de la volonté du gouvernement fédéral d'activer la loi pandémie.

Or, cette activation - qui doit être avalisée par le parlement fédéral dans les 15 jours - est censée rendre inopérant le décret régional, a expliqué durant les débats le ministre-président, Elio Di Rupo (PS). "Si nous ne votions pas la modification du texte, nous rendrions inopérantes nos propres mesures", a-t-il affirmé en soulignant qu'en termes de contenu, "pas un iota n'avait été changé".

Une similitude entre les deux textes, notamment en ce qui concerne le traitement des données contenues dans le CST, qui justifie d'ailleurs, selon le ministre-président, de ne pas avoir demandé l'avis de l'Autorité de protection des données §APD). Cet avis a pourtant été demandé par le Conseil d'Etat, ont signalé plusieurs députés.

Dans les rangs de l'opposition, le cdH a dénoncé, par la voix de son chef de file François Desquesnes, "un texte rédigé dans l'urgence, conduisant à de nombreuses incertitudes juridiques". "Avec la complicité des partis francophones, on sert la soupe à la N-VA, incapable d'assumer des mesures flamandes et qui pourra désormais se retrancher derrière le méchant fédéral", a-t-il notamment souligné.

Enfin, pour le PTB, la députée Alice Bernard a regretté le peu de temps disponible pour analyser le texte. Ce dernier a été transmis peu après midi aux parlementaires régionaux, avec l'avis du conseil d'Etat, sollicité dans l'urgence le 26 octobre, partiellement en néerlandais. "On peut se demander si on est de simples presse-bouton et si le gouvernement respecte bien le travail parlementaire", a-t-elle dit.

Sur le même sujet