La RDC aura à nouveau un ambassadeur à Bruxelles

Le président congolais Antoine-Félix Tshisekedi Tshilombo a nommé un nouvel ambassadeur en Belgique, Christian Ndongala Nkuku, comblant un vide diplomatique remontant à 2016, avec le rappel de son prédécesseur, en pleine crise entre la République démocratique du Congo (RDC) et son ancien colonisateur, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

La RDC aura à nouveau un ambassadeur à Bruxelles
©Shutterstock
Belga

Cette désignation, annoncée le 22 octobre par la porte-parole adjointe du chef de l'État, Tina Salama, à la Radio-Télévision nationale congolaise (RTNC) et évoquée par des médias congolais et par le journal 'Le Soir', a été confirmée à l'agence Belga par le ministre de la Communication et des Médias, Patrick Muyaya Katembwe, qui est également porte-parole du gouvernement.

Une ordonnance présidentielle a nommé M. Ndongala comme "ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RDC auprès du Royaume de Belgique".

Sa publication a correspondu avec la visite à Bruxelles la semaine dernière du chef de la diplomatie congolaise, Christophe Lutundula Apala Pen'Apala, et à sa rencontre avec son homologue belge, Sophie Wilmès.

M. Ndongala est attendu à Bruxelles "dans les prochains jours", a précisé l'ambassade de RDC en Belgique. Il devra toutefois - comme tous les ambassadeurs désignés par leur gouvernement - attendre la remise de ses lettres de créances au roi Philippe avant d'être pleinement opérationnel.

Le poste d'ambassadeur de RDC en Belgique était vacant depuis fin 2016, lorsque l'ancien président Joseph Kabila Kabange avait rappelé Dominique Kilufya Kamfwa lors d'une grave crise diplomatique belgo-congolaise.

Les relations entre Bruxelles et Kinshasa s'étaient alors dégradées en plusieurs phases, sur fond de report des élections générales initialement prévues fin 2016 et finalement tenues le 30 décembre 2018. D'abord avec la suspension du Programme de Partenariat militaire (PPM) bilatéral en avril 2017, puis début 2018 à la suite d'"une révision fondamentale" de la coopération décidée par le gouvernement belge jusqu'à "l'organisation d'élections crédibles" en RDC.

En représailles, le gouvernement congolais avait ordonné à la Belgique de fermer son consulat général à Lubumbashi (sud-est), de mettre fin aux activités de son agence de développement (Enabel) et de fermer la Maison Schengen à Kinshasa. Les fréquences de la compagnie Brussels Airlines avaient également été réduites de sept vols hebdomadaires à quatre. Le consulat congolais à Anvers avait aussi fermé ses portes.

Ces mesures ont été annulées depuis l'entrée en fonction de M. Tshisekedi, le 24 janvier 2019, au terme d'élections contestées. Il restait à désigner un ambassadeur de RDC en Belgique - qui est généralement également accrédité auprès de l'Union européenne et du Luxembourg - une promesse faite dès 2019 par le président Tshisekedi.

L'ambassade de Bruxelles est dirigée par un chargé d'affaires, Paul-Crispin Kakhozi Bin-Bulongo.

'Le Soir' écrit que M. Ndongala est titulaire d'un doctorat en sciences politiques et diplômé de l'université de Lille (France). Sa thèse portait sur la réinsertion sociale et stratégique de survie des enfants de la rue en RDC. Il est professeur à l'université de Kinshasa et maître de conférences à l'université de Lille 2.