Bientôt le coronapass au travail ? "Les conséquences peuvent aller loin, je veux d'abord les étudier"

Le Premier ministre, Alexander De Croo, veut d'abord étudier les implications de l'introduction d'un passe sanitaire au travail avant de se prononcer sur la question, a-t-il expliqué dimanche sur le plateau de l'émission "De Zevende Dag" (VRT).

Bientôt le coronapass au travail ? "Les conséquences peuvent aller loin, je veux d'abord les étudier"
©BELGA

La fédération des entreprises technologiques Agoria s'est prononcée la semaine passée pour l'utilisation du Covid Safe Ticket (CST) sur les lieux de travail. La FGTB a rappelé son opposition et invoqué une position commune des partenaires sociaux dans ce domaine. "Je veux d'abord examiner quelles seraient les implications en matière de droit du travail", a expliqué le chef du gouvernement. "Il y a des équilibres dans les relations de travail. Les conséquences peuvent aller loin, je veux d'abord les étudier".

Interrogé dans l'émission "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi), le co-président d'Ecolo, Jean-Marc Nollet, s'y est quant à lui montré défavorable. "Il y a un droit du travail en Belgique. Le fait que votre patron ne puisse pas avoir accès à votre dossier médical me paraît très important et doit être respecté", a-t-il déclaré. Pour ce qui est de l'usage élargi du CST à l'Horeca et aux salles de fitness, il a été défendu par M. De Croo même si les libéraux flamands s'opposaient il y a peu encore à l'usage trop étendu de passe sanitaire. "When the facts change, I change my mind", a-t-il souligné. "Je ferai tout pour protéger la population de la meilleure façon possible. Je préfère être prudent maintenant plutôt que de créer la panique dans un mois".

Sur le même sujet