Le prochain Comité de concertation aura lieu le vendredi 19 novembre

Face à la hausse des contaminations, un nouveau Comité de concertation se tiendra le vendredi 19 novembre.

Le prochain Comité de concertation aura lieu le vendredi 19 novembre
©BELGA

Un nouveau Comité de concertation (Codeco) se réunira le vendredi 19 novembre pour se pencher sur la situation épidémiologique. Selon l’évolution des indicateurs d’ici là, de nouvelles mesures seront proposées. Les leviers sont limités. Outre le retour du télétravail obligatoire, l’usage du port du masque pourrait être étendu, de même que le testing et les quarantaines dans les écoles.

Actuellement, les hôpitaux belges accueillent 1 903 patients Covid, dont 363 en soins intensifs. Autant qu'en juin, mais encore loin des niveaux du sommet de la troisième vague (plus de 900 en avril). Frank Vandenbroucke (Vooruit), ministre de la Santé, a fait part de son inquiétude, estimant qu'il était "urgent" de prendre des mesures, citant la généralisation du télétravail et une limitation des contacts.

L'inquiétude exprimée par le ministre de la Santé n'a cependant pas eu pour effet d'accélérer la tenue du Codeco. La mi-novembre avait déjà été évoquée. Des partis d'opposition s'étonnent que la date ne soit pas avancée alors que la situation épidémiologique se détériore. "Des actions tellement urgentes que le Codeco se tiendra seulement dans 10 jours, s'est indignée Catherine Fonck, la cheffe de groupe CDH. Ça ne va pas. " "Nous ne pouvons pas rester dix jours dans une telle situation, a réagi pour sa part François De Smet, président de Défi. Que le Premier ministre prenne l'initiative d'un Codeco plus vite." Dans la majorité, on tempère. "Les décisions du dernier Codeco sont entrées en vigueur il y a moins de 10 jours. C'est trop tôt que pour réellement observer l'effet des mesures prises." Tout en admettant une communication erratique. "Soit la situation n'est pas alarmante et on a raison de faire un Codeco le 19 novembre. Soit Vandenbroucke est alarmiste. Mais les deux ne peuvent pas coexiste r", objecte une source gouvernementale.

Pas d’emballement

Le duo autrefois indivisible formé par Frank Vandenbroucke et Alexander De Croo (Open VLD) n'affiche plus une unité aussi nette sur la gestion de la crise sanitaire. Le Premier ministre refuse de céder à l'emballement. En commission de l'Intérieur ce lundi, il est revenu sur les raisons de l'activation de la loi pandémie. Selon Alexander De Croo, les dernières données communiquées par Sciensano confirment la nécessité de sa mise en œuvre. "L'objectif est de limiter la circulation du virus en utilisant les masques, en limitant les contacts dans les locaux qui ne sont pas suffisamment ventilés. Nous pouvons continuer à vivre notre vie comme ces derniers mois mais en étant plus prudents", a déclaré Alexander De Croo.

Sur le même sujet