"Un échec cuisant", "une honte", "notre pays est ridicule": l'opposition déplore l'absence d'accord intra-belge à la Cop 26

Le cdH dénonce mardi dans un communiqué "un échec cuisant pour la Belgique" qui n'est pas parvenue à un accord sur le "Burden sharing".

Belga

Un accord intra-belge sur la répartition des efforts climat ne pourra en effet pas être trouvé à court terme, et a fortiori lors de la COP26 à Glasgow, en raison de positions encore trop éloignées entre les uns et les autres, a annoncé mardi le ministre wallon du Climat, Philippe Henry (Ecolo).

Le cdH y voit un "échec cuisant" pour la Belgique". "Nos craintes se confirment et le discours prononcé début de semaine dernière par notre Premier ministre à Glasgow n'aura pas été salvateur dans les négociations intra-belges sur la répartition des efforts climatiques à fournir", pointe Céline Fremault, cheffe de groupe cdH au Parlement bruxellois et ancienne ministre régionale de l'Environnement.

"Lorsque je présidais la Commission Nationale Climat, nous avons obtenu un accord après près d'un an d'intenses négociations et avec des partenaires politiques de couleurs toutes différentes. Aujourd'hui, trois ministres sur quatre sont Ecolo et semblent s'étonner de ne pas parvenir à un consensus au dernier moment, sans travail préparatoire suffisant. Cela souligne encore comme l'ambition climatique est une mission impossible sans bonne gouvernance en Belgique", poursuit Céline Fremault.

"Très pratiquement, c'est toute la concrétisation de nos projets pour atteindre les objectifs de Paris et la coopération avec les pays du Sud qui sont menacés", souligne de son côté Catherine Fonck, cheffe de groupe cdH à la Chambre.

Via Twitter, le président de DéFI François De Smet a également déploré cette situation. "Notre pays est une fois de plus ridicule sur la question climatique. Ne pas parvenir à une position commune sur un sujet aussi fondamental prouve à la fois un déficit de structures efficaces ET de volontés politiques pour s'élever au-dessus des intérêts à court terme."

Également sur le réseau social, le président du PS Paul Magnette a qualifié cette absence d'accord de "honte". "Les ministres compétents doivent se ressaisir. Les beaux discours ne servent à rien. Il faut des résultats ! La Belgique, qui paie déjà un lourd tribut au dérèglement climatique, ne peut se permettre d'échouer", a ajouté le socialiste.

Le PTB a de son côté dénoncé l'architecture institutionnelle du pays. "Partout les solutions climatiques sont bloquées par la logique du capitalisme vert. En Belgique, s'ajoute en plus l'instiutionnel", a écrit Raoul Hedebouw. "Quatre ministres du climat dans un si petit pays, c'est trois de trop!"

Pour l'ancienne ministre fédérale de l'Environnement Marie-Christine Marghem (MR), "le ministre Henry à la présidence de la Commission Nationale Climat (avec deux collègues Ecolo à Bruxelles et au fédéral ) se montre incapable de créer les conditions d'un accord intra-belge pour le climat. Alors qu'en 2015, sans les écolos, nous sommes parvenus à un accord avant la Cop de Paris!"

L'important n'est pas d'avoir un accord intra-belge, mais un bon accord, estime Ecolo

La co-présidente d'Ecolo, Rajae Maouane, a réagi mardi depuis Glasgow à cette absence d'accord. Selon l'écologiste, l'enjeu est moins d'avoir un accord -il en interviendra un tôt ou tard- que d'en trouver un bon. Rajae Maouane plaide ainsi pour un accord intra-belge "respectueux des engagements, ambitieux sur le climat et équilibré, pour que les autres Régions ne paient pas pour le manque d'ambition de la Flandre".

"Un mauvais signal en pleine COP", déplore la Coalition Climat

L'absence d'accord intra-belge sur les objectifs climat "est un très mauvais signal en plein milieu de la COP", a réagi depuis Glasgow la Coalition Climat qui s'attendait a minima à un accord politique sur l'ambition et une contribution sur le financement climat.

"Pour nous, c'est inadmissible que cette réunion n'ait pas eu lieu", fustige Rebecca Thissen, du CNCD-11.11.11, au nom de la Coalition Climat. "Je peux entendre que les discussions sont très techniques, que la stratégie '"Fit for 55" (qui prévoit pour la Belgique un effort de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 47% pour 2030, NDLR) de la Commission européenne a ralenti les négociations, mais quel est le signal envoyé aux 50.000 citoyens qui se sont mobilisés juste avant la COP? C'est inadmissible!"

"En termes de symbole, c'est juste baisser les bras. Cela donne l'impression que cela va tellement mal que l'on n'est plus capable de se parler", poursuit Rebecca Thissen. "Pour moi, il y a un décalage de plus en plus grand entre les grandes annonces, l'optimisme du Premier ministre, qui essaie de nous rassurer, et les faits".

Le CNCD-11.11.11 espère à présent que les ministres belges présents à Glasgow pourront parler d'une seule voix, au nom de la Belgique, à l'occasion d'un "side-event" organisé en marge de la COP26 et consacré au financement climatique international. La coupole d'ONG et la Coalition Climat plaident pour une contribution belge au financement climat qui soit "croissante, additionnelle et prévisible".


Sur le même sujet