Bart De Wever: "De Croo est l'une des personnes les moins dignes de confiance que j'ai rencontrées rue de la Loi, je peux le prouver"

Le président de la N-VA a taclé le Premier ministre, Alexander De Croo (Open Vld). Il a également tenu un discours assez dur à l'encontre du ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit).

Bart De Wever: "De Croo est l'une des personnes les moins dignes de confiance que j'ai rencontrées rue de la Loi, je peux le prouver"
©BELGA
M.R.

Alors que les contaminations repartent à la hausse depuis plusieurs semaines dans notre pays, la tension monte dans les rangs politiques. A la veille d'un nouveau Comité de concertation, les élus prennent position quant à la marche à suivre pour juguler au mieux cette quatrième vague. Le président du PS, Paul Magnette, a notamment estimé que la seule solution était de rendre obligatoire la vaccination pour l'entièreté de la population. D'autres, comme Bart De Wever (N-VA), ont appelé en tout cas à ce qu'on puisse envisager sérieusement cette mesure . Dans les colonnes de De Morgen, le président des nationalistes flamands a jugé qu'il était "hypocrite" de ne pas oser débattre de cette obligation vaccinale, tout en imposant un Covid Safe Ticket. "Les gens sont censés être libres de refuser le vaccin, mais s'ils ne veulent pas se faire vacciner, on leur rend la vie impossible", a-t-il constaté. "On malmène également tout un secteur qui doit jouer les gendarmes et on demande quelque chose de très lourd en termes de vie privée."

Le bourgmestre d'Anvers a ainsi rappelé que le gouvernement flamand s'était initialement opposé à la mise en application du CST sur son territoire. Il a regretté que le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), se soit retrouvé une nouvelle fois isolé au sein du Comité de concertation. "A chaque fois, il doit sortir de la réunion en ayant accepté quelque chose à laquelle il était fermement opposé à son arrivée", a ajouté le nationaliste flamand, soulignant la position difficile de son collègue. "(...) Il doit boxer les mains derrière le dos."

"Si on laisse Vandenbroucke faire, on sera à nouveau confinés demain"

Bart De Wever a toutefois insisté sur la nécessité de continuer à tenir tête au ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit) . "Si on le laisse faire, on sera à nouveau confinés demain", a-t-il décrété auprès de nos confrères de De Morgen. "Il prêche l'enfer et la damnation partout, au lieu de s'assurer que les soignants et les enseignants reçoivent bien leur troisième dose le plus rapidement possible."

S'il n'a pas épargné le ministre socialiste, le bourgmestre d'Anvers a également eu des mots durs à l'égard du Premier ministre, Alexander De Croo (Open Vld). "Il est l'une des personnes les moins dignes de confiance que j'aie jamais rencontrées dans la rue de la Loi", a-t-il affirmé. "C'est rude, mais je peux le prouver par de nombreux faits. Quand il était président de parti, il a notamment rompu un accord que nous avions comme si de rien n'était. En 2020, il m'a fait courir pendant six mois pour rien. Cet homme vous ment en plein visage, je ne peux pas négocier avec lui."


Sur le même sujet