"Des mesures pour contenir la circulation du virus, c'est la logique même", selon De Wever

C'est "la logique même" de prendre de nouvelles mesures pour endiguer la circulation du coronavirus, a souligné mercredi le président de la N-VA, Bart De Wever, peu avant la réunion du comité de concertation au Palais d'Egmont à Bruxelles.

"Des mesures pour contenir la circulation du virus, c'est la logique même", selon De Wever
©BELGA

"Ce n'est pas tant les contaminations que la pression sur les hôpitaux et les soins de première ligne qu'il faut tenir à l'œil. Il faut espérer que nous passerons rapidement le pic. Il est question de la fin novembre et j'espère que c'est vrai. Qu'il faille prendre entretemps des mesures pour contenir la circulation du virus, c'est la logique même. Ce qui me dérange, c'est le fait que chacun à l'avance exige ses mesures ou refuse les autres, ce qui fait que personne ne comprend rien", a-t-il expliqué.

Selon le président nationaliste, chacun s'accorde dans le monde politique pour ne pas causer plus de dégâts à l'économie. "Nous devons chercher la meilleure manière de faire face au virus, par des mesures qui sont supportables et qui ne se traduisent pas par une politique du yo-yo dont souffrira l'économie, car nous sommes peut-être partis pour plus longtemps qu'on ne l'espérait", a-t-il ajouté.

Les nouvelles restrictions qui s'annoncent sont un peu "une douche froide" pour les vaccinés, reconnaît M. De Wever. "Le message, c'était: vaccinez-vous et vous retrouverez le royaume de la liberté. Les experts le disaient aussi et je ne leur reproche rien, la situation évolue constamment. La Flandre avait répondu massivement à l'appel et il apparaît maintenant que la contagiosité entre vaccinés et l'hospitalisation des plus de 65 ans vaccinés sont plus élevées qu'on ne le pensait. Personne n'y était préparé et nous nous acheminons vers Noël et Nouvel an avec des restrictions de vie sociale, ça fait mal".

Sur le même sujet