Après le Comité de concertation, Vandenbroucke agite le spectre d'un "lockdown complet"

Le ministre de la Santé a annoncé que les nouvelles mesures qui entrent en vigueur ce samedi seront strictement contrôlées.

V.d.T.

Frank Vandenbroucke (Vooruit) est inquiet. Dès le début de la réunion du Comité de concertation, le ministre fédéral de la Santé a donné le ton en annonçant les chiffres de contaminations du 15 novembre qui s'élèvent à 19.306, alors que la moyenne de la semaine précédente tournait autour de 10.000 nouveaux cas par jour, faisant de la Belgique l'un des plus mauvais élèves d'Europe. "Ce qui me revient des hôpitaux est très inquiétant. Je veux avertir la population du sérieux de la situation", avait-il déja déclaré mardi devant les députés, demandant "des mesures sévères" au Comité de concertation. Le ministre socialiste n'a d'ailleurs pas hésité à décocher quelques flèches à certains de ses collègues lors de la réunion de ce mercredi.

À la sortie de la conférence de presse, Frank Vandenbroucke n'a pas pu cacher son inquiétude au micro de VTM. "Ces mesures sont un strict minimum, sinon nous serons bientôt en lockdown complet", a-t-il déclaré. Le ministre a d'ores et déjà annoncé que les nouvelles règles qui entrent en vigueur ce samedi seront strictement contrôlées. "L'inspection de la santé publique agira s'il n'y a pas de compteur de CO2 dans le secteur de la restauration et s'il n'y a pas de plan d'action pour surveiller la qualité de l'air. La police devrait également agir si les Covid Safe Ticket ne sont pas utilisés correctement, cette question a été explicitement posée au ministre de l'Intérieur et aux bourgmestres. Si nous ne contrôlons pas sérieusement les mesures, nous n'y arriverons pas."

Le virologue Marc Van Ranst a également insisté sur ce point suite au Comité de concertation. "Si nous ne suivons pas ces mesures, nous nous retrouverons une fois de plus dans une situation ingérable", a-t-il déclaré au quotidien flamand De Morgen.

Sur le même sujet