"Sauver les fêtes", "un gigantesque pari", "un paquet minimum": la presse belge réagit au Comité de concertation

Les décisions du Comité de concertation de ce mercredi ont été largement commentées par la presse ce jeudi matin. Entre critique d'une approche court-termiste et crainte de mesures insuffisantes. Tour d'horizon.

"Tous les signaux d'alarme sont au rouge". C'est avec cette annonce que le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) a ouvertla conférence de presse après le Comité de concertation ce mercredi soir. Lundi, au moins 19.300 infections ont été identifiées en une journée par Sciensano, selon le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke. C'est autant que lors du pic d'il y a un an. Pour faire face à cette recrudescence de l'épidémie, le Codeco a opté pour un renforcement des mesures existantes. "Prévenir et protéger, mais pas fermer", a résumé le Premier ministre.

Aujourd’hui, les différents quotidiens du pays commentent la situation.

La Libre évoque sur sa Une "un léger tour de vis à l'exception du retour en force du télétravail obligatoire" avant de pointer dans son édito l'approche court-termiste de certaines décisions. "Si le télétravail était structurellement anticipé, suivant les types d'entreprises, les fonctions des travailleurs, il permettrait, aussi et surtout, d'améliorer l'organisation du travail, et de réallouer certaines économies réalisées (moins d'espaces de bureaux, etc.) dans la formation des travailleurs et des équipements plus adaptés", analyse l'éditorialiste qui appelle à une réflexion de fond sur le sujet "devenue urgente".

"Objectif : sauver les fêtes" titre en Une la DH qui remarque cependant que "le Comité de concertation n'a pas sorti l'artillerie lourde". Il faut dire que l'adhésion des citoyens a du plomb dans l'aile, observe le quotidien dans son édito. "La patience du Belge moyen a des limites. Revenir en arrière après avoir accepté la vaccination (la 3e dose arrive…) est quasiment impossible".

Le Soirparle quant à lui d'un "gigantesque pari". L'éditorialiste pointe le risque de la décision de garder tout ouvert. "Alors que les chiffres explosent, que les gens sont dans le doute et divisés, c'est une batterie de mesures sans vraie vision ou perspective, sans efficacité garantie, résultat d'un méga marchandage politique, qui sont annoncées". Pour le journal L'Echo, il s'agit des "dernières cartes du Codeco pour éviter le lockdown".

"Paquet minimum"

Du côté de la presse flamande, le Standaard redoute que les mesures prises ce mercredi ne soient pas suffisantes. "S'attaquer à la quatrième vague avec un 'paquet minimum'", titre le quotidien. "Presque toutes les propositions que le groupe d'experts Gems avait mises sur la table en début de semaine ont été retenues, dans une version au mieux édulcorée". Outre la faiblesse des mesures, le Standaard craint la non-adhésion de la population, et paraphrase Marc Van Ranst : "si notre première réaction est de dire comment nous pouvons contourner ces règles, cela se passera très mal."

Le quotidien De Morgen n'est pas beaucoup plus optimiste. "Est-ce qu'un lockdown est maintenant hors de question?", se demande-t-il en Une. "La question qui se pose est de savoir si ces mesures seront suffisantes pour contenir la quatrième vague. Ce n'est pas un secret que le groupe d'experts GEMS voulait aller plus loin". Selon le quotidien flamand, tout repose maintenant sur la manière dont la population va respecter les nouvelles règles.

Sur le même sujet