Pas de groupe prioritaire, invitations selon l'âge et le vaccin... Voici comment va se dérouler la campagne de rappel de la vaccination

Le politique a tranché ce samedi : l’administration de la 3e dose se fera par âges décroissants.

Pas de groupe prioritaire, invitations selon l'âge et le vaccin... Voici comment va se dérouler la campagne de rappel de la vaccination
©BELGA

Les ministres de la Santé du pays se sont accordés samedi sur les modalités de déploiement de la dose dite "booster" du vaccin contre le coronavirus pour l’ensemble de la population belge adulte. Décision importante d’emblée : il n’y aura pas finalement de groupe prioritaire (enseignants, etc.) convié à la vaccination. L’administration de la 3e dose se fera par âges décroissants. Les invitations seront donc envoyées dès les prochains jours à la population belge, selon l’âge de la personne et en fonction du vaccin administré (et de la date de la vaccination complète).

Pour mémoire, les ministres de la Santé avaient avalisé le 10 novembre le principe d’une dose "booster" pour tous les adultes. Il restait à imaginer comment organiser dans la pratique cette nouvelle campagne de vaccination axée sur les rappels de vaccin. C’était au menu d’une nouvelle Conférence interministérielle (CIM) Santé publique prévue samedi.

Actuellement, les personnes de plus de 65 ans, les personnes à risque (immunodéprimées) et le personnel des soins de santé sont d’ores et déjà invités à se faire administrer une troisième dose de vaccin contre le coronavirus (ou une deuxième dans le cas du vaccin Janssen). Dans l’intervalle, toutes les personnes vaccinées avec le vaccin Janssen ont également reçu une invitation pour une dose "booster", avec un vaccin à ARN messager, a communiqué le cabinet de la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale (PS).

Des délais différents selon les vaccins

Dans le détail, les mesures avalisées samedi pour l’ensemble de la population adulte vaccinée sont les suivantes : une invitation pour une dose de rappel 6 mois après la seconde dose pour les vaccins Moderna et BioNTech-Pfizer ; 4 mois après la seconde dose pour AstraZeneca et 2 mois après l’unique dose de Johnson & Johnson (vaccin Janssen).

À noter, par ailleurs, que quel que soit le vaccin administré en première dose, les vaccins utilisés en dose de rappel sont uniquement les vaccins à ARN messager Moderna et Pfizer. Les plateformes Qvax (pour la Wallonie et la Flandre) et Bruvax (pour Bruxelles) vont être adaptées pour l’inscription à cette dose "booster".

Un "booster" pour tous d’ici mars 2022

À l’heure actuelle, environ 420 000 doses de vaccins par semaine peuvent être administrées en Belgique. Cette capacité est suffisante pour les groupes prioritaires et pour les vaccinations de base qui sont encore administrées chaque jour (environ 25 000 premières doses par semaine et autant de deuxièmes doses). À partir de décembre, la capacité sera encore augmentée pour atteindre près de 530 000 doses par semaine (50 000 à Bruxelles, au moins 300 000 en Flandre, 170 000 en Wallonie et 3 300 en Ostbelgien). Ainsi, la majorité des adultes de moins de 65 ans pourront recevoir une dose "booster" d’ici mars 2022.

Un stock suffisant

Il y a suffisamment de vaccins ARNm (et de matériel de préparation et d'injection) disponibles pour la campagne de rappel , soit, en stock, 23 millions de seringues et d'aiguilles et environ 5,2 millions de doses de vaccin ARNm. "Comme nous avons beaucoup de vaccins, il sera possible de multiplier les canaux de vaccination, a averti la ministre Morreale. Si des secteurs sont demandeurs, une concertation sociale pourra se mettre en place avec la task force vaccination pour passer par exemple par la médecine du travail." De nouvelles livraisons sont également prévues à partir de janvier 2022.

Au cours des prochains jours, les trois Régions du pays s’attelleront chacune à la réouverture des antennes de vaccination sur leurs territoires respectifs.