"Aucune mesure pour les soignants", "Peu lisible": les politiques pas convaincus par les nouvelles mesures

Plusieurs partis et ministres ont réagi aux décisions annoncées par le Codeco ce vendredi.

"Aucune mesure pour les soignants", "Peu lisible": les politiques pas convaincus par les nouvelles mesures
©BELGA

Le cdH, par la voix de sa cheffe de groupe Catherine Fonck, a déploré vendredi l'absence d'annonces de mesures de soutien pour le personnel soignant. "Aucune mesure concrète de soutien aux soignants qui sont sous pression maximale et alors que 200 lits USI (soins intensifs) sont fermés par manque de personnel, ni pour la première ligne, ni pour les hôpitaux. C'est choquant", a-t-elle écrit sur Twitter.

De son côté, DéFI salue les mesures prises en faveur de la ventilation dans les écoles. "La" mesure qu'on attendait depuis des mois. Enfin", a commenté son président François De Smet sur le même réseau social. "Pour le reste, un nouveau Codeco peu lisible et trop tardif. Tout est contenu dans le désarroi du ministre de la Santé, qui "regrette ce compris" et "espère qu'on a atteint le plateau", a-t-il ajouté. Le député fédéral a aussi regretté l'absence de nouvelles mesures sur l'obligation de télétravail.

"Le port masque pour les enfants, c'est dur à accepter"

Le ministre flamand de l'Education, Ben Weyts (N-VA), a déploré vendredi la décision du comité de concertation d'imposer le port du masque en classe dès l'âge de six ans. "Vous ne pouvez pas attendre d'un ministre de l'Éducation qu'il applaudisse aujourd'hui. L'obligation du port du masque pour les enfants dès six ans, c'est dur à accepter pour moi", a commenté le nationaliste flamand.

M. Weyts n'est pas non plus satisfait de la décision du Codeco d'anticiper d'une semaine les vacances de Noël pour l'enseignement fondamental.

"J'aurais préféré que les écoles qui le souhaitent puissent avoir la possibilité de continuer à donner cours durant la dernière semaine. Mais c'est manifestement le sacrifice qu'il a fallu concéder pour maintenir les écoles ouvertes. Si cela n'avait tenu qu'à certains, nos écoles auraient été fermées dès lundi! Cela ne se produira finalement pas", s'est-il encore félicité.

"Un coup dur" pour la Culture

La ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard, a réclamé vendredi des autres niveaux de pouvoir qu'ils prennent aussi leur part pour soutenir le secteur, pour qui la limitation des jauges décidée par le comité de concertation est "un nouveau coup dur". "Maintenir la culture ouverte (musées, théâtres, cinémas, etc.) était essentiel tant pour le public que les professionnels, même si la limitation des jauges est un nouveau coup dur pour le secteur culturel, à l'image des restrictions qui touchent l'ensemble de notre société", a commenté la ministre Ecolo, sur Twitter.

Mme Linard fait observer que depuis le début de la crise, la Fédération a déjà dégagé plus de 100 millions d'euros d'aide pour soutenir le secteur. "J'attends des autres niveaux de pouvoir qu'ils prennent aussi leur part", dit-elle.

De nouvelles concertations avec le secteur sont prévues dès lundi.

"La culture fait partie de la solution en permettant de tisser des liens et de nous évader, mais aussi de réfléchir à ce que nous vivons aujourd'hui. Il est essentiel de lui permettre de continuer de rencontrer tous ses publics", plaide la ministre francophone.

Sur le même sujet