Vandenbroucke ne cache pas son désarroi au terme du Codeco: "Ce compromis est décevant"

Le ministre de la Santé n'a pas caché sa déception face aux mesures prises dans les écoles.

Vandenbroucke ne cache pas son désarroi au terme du Codeco: "Ce compromis est décevant"
©BELGA
M.R.

Le Comité de concertation a décidé de resserrer une nouvelle fois la vis, ce vendredi 3 décembre. La réunion, qui s'est réunie de façon anticipée, s'est conclue peu après 14 heures. Une conférence de presse a été organisée ensuite au cours de laquelle les autorités ont présentés les nouvelles règles sanitaires.

Après les annonces du Premier ministre, le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit), a salué le fait que la Belgique avait peut-être atteint "un plateau au niveau des contaminations ainsi qu'au niveau des admissions aux soins intensifs". "Mais il ne faut pas se leurrer, ce plateau est bien trop élevé, il y a trop de circulation de virus", a-t-il mis en garde."Personnellement, je me demande ce que cela va signifier pour le personnel soignant si nous n'arrivons pas à diminuer le nombre de contaminations et d'hospitalisations pour les fêtes de fin d'année."

C'est pourquoi il a salué le fait que des mesures aient été prises dans les écoles. "Il faut essayer d'éteindre l'incendie là où il sévit actuellement. C'est actuellement chez les enfants. Ce n'est pas de leur faute, c'est simplement parce qu'ils ne sont pas encore vaccinés", a-t-il précisé. Mais il a toutefois fait part de son scepticisme face aux règles finalement retenues pour les établissements scolaires. "Nous avions deux défis aujourd'hui: tenter d'arrêter le moteur de l'épidémie et ne pas prolonger la souffrance dans les hôpitaux. Comme toujours, nous sommes arrivés à un compromis. Le compromis trouvé me semble toutefois décevant, nous aurions pu prendre des mesures plus drastiques. (...) Mais des décisions importantes ont toutefois été prises. On est enfin d'accord de faire porter le masque à tous les enfants dès 6 ans, il y aura également désormais des appareils à CO2 dans toutes les classes. Ces choses-là auraient sans doute dû se faire plus tôt."

Enfin, il a terminé son allocution par un "message positif". Si une décision positive était prise pour que les enfants de la tranche d'âge de 5 à 12 ans puissent être vaccinés, il faut disposer de ces vaccins. J'ai négocié cela ce jeudi avec Pfizer. Nous devrions disposer de ces vaccins pour enfants dès le mois de décembre (336.000 doses) et de janvier (400.000 doses)."


Sur le même sujet