Rudi Vervoort, le "bon type" devenu roi sans boussole

Alors que le dossier Uber secoue le gouvernement, certains doutent de la carrure de l’ancien lieutenant de Philippe Moureaux, le voyant bien passer la main. Comment cet ancien bourgmestre flegmatique au charisme discret a-t-il pris et conservé durant 8 ans les rênes de la Région bruxelloise ?

Rudi Vervoort, le "bon type" devenu roi sans boussole
©BELGA
Il y a ceux qui crèvent l’écran, écrasent, connaissent une ascension éclair, et se brûlent les ailes. Il y a en d’autres moins éclatants, discrets mais endurants, qui choisissent le bon cheval, ménagent chèvre et chou, et finissent par prendre les commandes durablement. Rudi Vervoort appartient à la seconde catégorie. Le ministre-Président bruxellois n’a pas hérité du charisme...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet