Crucke, Vervoort, Dermagne… Pourquoi les ministres se font lâcher par leur parti

Jean-Luc Crucke n’est pas le seul ministre à avoir été déshabillé par son propre parti.

Crucke, Vervoort, Dermagne… Pourquoi les ministres se font lâcher par leur parti
©Montage JC Guillaume/Belga
Les cas s'accumulent en l'espace de trois semaines, au fédéral, en Wallonie, à Bruxelles. Paul Magnette, président du PS, qui retoque un accord signé par son vice-Premier fédéral, Pierre-Yves Dermagne, sur la vaccination obligatoire des soignants. Georges-Louis Bouchez, président du MR, soutenu par le groupe libéral au Parlement wallon, ...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet