Olivier Maingain: "Ce n’est pas parce que je ne suis plus président que je vais changer et renier ce que j’ai fait"

La période de transition que traverse Défi génère des tensions internes. Elles se cristallisent autour de François De Smet, le président, et de son prédécesseur, Olivier Maingain. Pour Didier Gosuin, “quand on quitte des fonctions, il faut un devoir de réserve”.

Olivier Maingain: "Ce n’est pas parce que je ne suis plus président que je vais changer et renier ce que j’ai fait"
©BELGA
Loin de nier sa volonté de peser en interne chez Défi, Olivier Maingain assume, sur le fond et la forme, notamment dans le dossier de l'aspect institutionnel de la réforme programmatique. "La sécurité sociale, la santé, les allocations familiales peuvent être renvoyées au fédéral. Mais sur l'emploi et l'environnement, la question est autre. Si on laisse le fédéral reprendre la main sur les normes de survol de la capitale, par exemple, on est mal partis pour défendre les Bruxellois. On est déjà très peu armés juridiquement, par exemple sur les normes de nuisance. Tout ne doit pas remonter au fédéral, au vu notamment des déséquilibres dans les services publics fédéraux, où les fonctionnaires francophones sont souvent ramenés à des...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité