"Un nouveau confinement n’est pas d’actualité en Belgique"

La Belgique va-t-elle suivre l'exemple de son voisin néerlandais et instaurer un nouveau confinement ? Pas pour le moment, selon la ministre de la Santé wallonne.

"Un nouveau confinement n’est pas d’actualité en Belgique"
©Reporters / GYS
V.dL

Amsterdam, Paris, Londres... Les capitales européennes prennent des mesures plus contraignantes pour contrer le variant Omicron. Amsterdam va même à nouveau confiner la population. Est-ce que Bruxelles va suivre ? Le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, a déjà annoncé que des mesures risquent d'être prises. "Si ça tourne mal avec Omicron, on ne peut exclure de durcir les règles", avait-il prévenu. Environ 10 % des infections sont déjà dues au variant Omicron.

Pour la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, "un nouveau confinement n'est pas d'actualité en Belgique."

"Un lockdown n'est pas sur la table du gouvernement à ce stade", annonce la ministre socialiste sur RTL. "On a, par rapport aux Pays-Bas, beaucoup d'avance pour la 3e dose de vaccin. On a trois fois plus de 3e doses. Ils ont moins de lits en soins intensifs qu'en Belgique. On est mieux outillés. Néanmoins, on voit bien ce qui arrive. Le variant Omicron est beaucoup plus contagieux. 2 doses de vaccin ne suffisent pas pour être protégés correctement. Il faut un bouclier à 3 doses. On va arriver à 1 million de personnes vaccinées avec les 3 doses. Il faut que ça continue et que toutes les personnes invitées et éligibles se rendent dans un centre de vaccination."

La ministre appelle à la prudence face à ce variant qui peut donner un nouveau souffle à l'épidémie. La vaccination aidera, mais ne sera pas suffisante. "Il faut aérer très fort, mettre son masque quasi en permanence et les règles de distanciation sociale doivent être respectées. On ne sait pas dire à quel point ce variant va augmenter les contaminations, concède-t-elle. Dans les hôpitaux, les soignants sont sur les genoux, donc à un moment donné, le système risque de craquer. Chacun doit se montrer responsable et être conscient de la gravité de la situation."