Jan Jambon au sujet du dernier Codeco : "Les Verts ne font qu’argumenter contre eux-mêmes et leur propre décision"

Visé par les critiques concernant les dernières mesures imposées par le Codeco, le ministre-président et ministre de la Culture flamand, Jan Jambon a souhaité réagir.

La colère gronde depuis mercredi suite aux annonces du gouvernement fédéral. Le secteur culturel se sent victime de mesures disproportionnées. De nombreux acteurs du milieu ont d'ailleurs marqué leur mécontentement ce dimanche, lors d'une manifestation à Bruxelles.

Du côté politique aussi, des voix se font entendre et réclament que les décideurs reviennent sur la fermeture des salles de cinéma, de théâtre et de concert. Ainsi, le parti Écolo a notamment appelé hier "à la révision en urgence" de celle-ci.

Du côté du cabinet de Jan Jambon, ces critiques sont jugées "hypocrites", rapportent nos confrères du Het Laatste Nieuws: "Les écologistes sont représentés dans le Comité de concertation via quatre gouvernements. Nous, nous ne sommes représentés que via un seul. Les Verts sont également derrière cette décision. Mais pour étouffer l’affaire, ils prennent maintenant Jan Jambon comme bouc émissaire parce qu’ils sont dans l’opposition au niveau flamand. C’est presque hypocrite : les Verts ne font qu’argumenter contre eux-mêmes et leur propre décision", se défend-on.

Enfin, pour le ministre-président flamand, l'avis des experts du GEMS était "un cadeau Noël empoisonné" : "Dans le scénario A - où presque rien ne changeait - les événements et les activités intérieures n’étaient effectivement pas supprimés. Le scénario B, le plus défavorable, prenait effet si les infections augmentaient pendant trois jours consécutifs, ce qui devrait se produire dès cette semaine. Si le Comité de concertation avait opté pour le premier scénario, nous aurions dû procéder à des ajustements entre Noël et le Nouvel An et fermer encore plus de secteurs. C’est pourquoi les décideurs politiques - comme le commissaire de Corona Pedro Facon, d’ailleurs - ont opté pour l’option la plus sûre", conclut le cabinet.