"Quelle sanction pour les partis de la majorité", "Une première bonne nouvelle": les politiques réagissent à la décision du Conseil d'État

Les politiques ont réagi à la décision du Conseil d'État d'aller à l'encontre d'une mesure du Codeco.

"Quelle sanction pour les partis de la majorité", "Une première bonne nouvelle": les politiques réagissent à la décision du Conseil d'État
©Abacapress
Ad.R.

Ce mardi après-midi, le Conseil d'État a désavoué l'une des décisions du dernier Comité de concertation, celle de fermer le secteur culturel. Le Conseil d'État a en effet donné raison à un producteur de théâtre, Mathieu Pinte, qui avait introduit un recours demandant la suspension de l'arrêté royal exigeant la fermeture des salles de théâtre. Le Conseil d'Etat a estimé que "l'acte attaqué ne démontre pas en quoi les salles de spectacle relevant du secteur culturel seraient des lieux particulièrement dangereux pour la santé et la vie des personnes en tant qu'ils favoriseraient la propagation du coronavirus, au point qu'il soit nécessaire d'en ordonner la fermeture". Cela signifie donc que ces dernières peuvent rouvrir leurs portes dès ce mardi soir.

Une annonce qui a réjoui de nombreuses personnalités politiques, comme Bénédicte Linard (Ecolo), ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles, qui jugeait lundi que la décision du Codeco devait être revue et était même "une erreur". Ce mardi, elle a donc accueilli favorablement l'avis du Conseil d'État, qu'elle a relayé sur Twitter en commentant notamment d'un "Rien ne sert d'attendre un nouvel arrêt avant de rouvrir les cinémas".

Pour Pierre-Yves Jeholet (MR), Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et membre du Codeco, l'arrêt rendu ce mardi "démontre le fonctionnement optimal de notre État de droit" mais aussi "la nécessité de repenser et d'améliorer encore la gestion de la crise". "L'évolution constante de celle-ci rend l'exercice difficile, mais plus la crise dure, plus la défense des droits fondamentaux doit nous mobiliser à côté du droit à la santé et à la nécessaire maîtrise de la situation dans nos hôpitaux", a encore écrit le libéral, avant de souhaiter aux salles de théâtre "une reprise apaisée dans le respect des protocoles bien compris de tous".

"Première bonne nouvelle! Même si elle n'est que partielle", a commenté pour sa part Catherine Fonck, députée fédérale CdH et cheffe de groupe à la Chambre, appelant maintenant le Comité de concertation à se réunir à nouveau pour revoir ce qu'elle désigne comme "un non-sens sanitaire". Le bourgmestre de Namur Maxime Prévot a lui aussi félicité "une décision favorable au secteur culturel" de la part du Conseil d'État.

Raoul Hedebouw (PTB) a également commenté la nouvelle: "Le Conseil d'Etat obligé d'intervenir face à un gouvernement devenu incapable de justifier sa propre politique... Quelle sanction pour les partis de la majorité!".

De son côté, Georges-Louis Bouchez a rappelé que son parti, le MR, "avait réclamé des évidences scientifiques il y a un an lorsque les métiers de contact ont été fermés" et que les libéraux n'avait "pas été suivis" à l'époque.