"Ce n'est pas Georges-Louis Bouchez qui droitise le MR. C'est la droitisation du parti qui conduit à des phénomènes comme lui"

Pas de rabibochage en vue entre le MR et Défi qui compte bien aller en Cassation pour récupérer sa dotation, indique lundi, dans les colonnes de la DH, son président, François De Smet.

Lorsque les deux partis étaient unis, le MR touchait pour le compte de tous les députés MR et FDF une dotation fédérale dont une partie était ensuite reversée au prorata des députés à l'ancêtre de Défi. "Ils ont cessé de verser cette contribution à partir de 2011, ce qui représente environ 600.000,00 euros", retrace le président de Défi dans la DH.

Défi a alors saisi la justice et a obtenu gain de cause en première instance. Mais le MR a fait appel et la justice l'a suivi, la cour d'appel de Bruxelles déboutant Défi en décembre dernier au motif qu'un accord passé entre partis dénués de personnalités juridiques n'est pas valable aux yeux de la loi.

"Le pourvoi en Cassation est très probable" afin notamment d'élargir le débat sur la personnalité juridique des partis, assure encore François De Smet.

Sur l'antenne de Bel RTL, ce dernier a par ailleurs pointé la "droitisation" du MR. "Il ne faut pas inverser les choses: ce n'est pas Georges-Louis Bouchez qui droitise le MR. C'est la droitisation du parti qui conduit à des phénomènes comme Georges-Louis Bouchez", a-t-il dit. "Quand le MR décide de monter au fédéral avec la N-VA en 2014, avec la politique que l'on connaît sur les migrants par exemple, on est déjà très loin d'un libéralisme originel progressiste", a ajouté François De Smet.


Sur le même sujet