Coronavirus : feu vert des ministres de la Santé à une 4e dose de vaccin pour les immunodéprimés

Les ministres de la Santé viennent d'approuver l'administration d'une 4e dose de vaccin contre le coronavirus aux personnes immunodéprimées, indique lundi, sur Twitter, la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale.

BELGA
Coronavirus : feu vert des ministres de la Santé à une 4e dose de vaccin pour les immunodéprimés
©BELGA

"Le Conseil Supérieur de la Santé recommande de booster à nouveau les personnes immunodéprimées, très fragiles et à risque face au Covid-19. Les ministres de la Santé viennent de donner leur feu vert, avec implémentation prochaine", y écrit-elle.

Le schéma actuel de vaccination pour les personnes de plus de 18 ans prévoit déjà, en Belgique, trois doses de vaccin. Certains pays, dont Israël, ont entamé l'administration d'une 4e dose au public le plus fragile.

"Les personnes concernées, âgées de 12 ans et plus, souffrent d'une immunité affaiblie, en raison d'une maladie sous-jacente ou d'un traitement. Par conséquent, leur organisme réagit moins fortement suite à l'administration d'un vaccin. Après la dose supplémentaire, un rappel est donc recommandé afin qu'elles soient protégées de manière optimale contre une évolution grave de la maladie, une hospitalisation ou même un décès dû au COVID-19", ont communiqué lundi soir les ministres qui composent la CIM Santé.

Il s'agit de patients présentant des immunodéficiences innées; des insuffisances rénales chroniques nécessitant une dialyse; des maladies inflammatoires traitées par des immunosuppresseurs; des cancers qui font ou ont fait l'objet d'un traitement actif au cours des 3 dernières années; ainsi que des patients en prétransplantation, en transplantation de cellules souches et en transplantation d'organes; et des patients séropositifs dont le nombre de cellules CD4 est inférieur à 200 par mm3de sang.

Cela concerne plus de 325 000 personnes, dont près de 93% ont déjà reçu une injection supplémentaire.

Concrètement, ces patients recevront à nouveau une invitation à se faire vacciner dans les prochaines semaines, comme ce fut le cas en septembre, dans un centre de vaccination de proximité.