Le CD&V planche sur des "propositions radicales" en matière de fiscalité

Le président du CD&V entend à l'avenir faire porter la charge fiscale sur ceux qui ont les épaules les plus larges.

Le CD&V planche sur des "propositions radicales" en matière de fiscalité
©AFP

Le président des chrétiens-démocrates flamands (CD&V) Joachim Coens a plaidé dimanche, dans une interview à De Zondag et à VTM, pour une réforme de la fiscalité. Dans ces entretiens, il a annoncé des "propositions radicales" en matière fiscale d'ici octobre. Et cela tombe bien.

À bonnes sources, on nous annonce que le rapport des experts mandatés par le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), est rédigé depuis quelques semaines. Et qu’il est tellement "costaud" qu’il sera amendé par le cabinet, après diverses rencontres, avant d’être publié, bientôt nous dit-on.

"Entre le premier rapport des experts divulgué dans la presse et celui remis récemment au ministre, il y a peu de différences. Je suppose qu'il va y avoir un gros travail du cabinet pour le rendre présentable aux yeux de la Vivaldi. Mais le rapport originel est porteur de gros changements", confie une source proche du dossier.

Le parti auquel appartient le ministre des Finances annonce donc, lui aussi, des réformes fiscales radicales. "Nous devons déplacer les impôts sur le travail vers les plus riches, a ainsi plaidé le président du parti Joachim Coens. En octobre, nous organiserons un congrès sur les revenus des citoyens. Ce sera notre core business. Et soyez sûr d'une chose : nous y avancerons des propositions radicales."

Des propositions pour le Congrès

Le président du CD&V entend à l’avenir faire porter la charge fiscale sur ceux qui ont les épaules les plus larges.

"Une entreprise peut faire des bénéfices, mais elle doit aussi contribuer à la collectivité. Il n'est pas normal que les grandes entreprises réalisent des bénéfices gigantesques, mais paient très peu d'impôts, alors que leurs propres employés s'en sortent difficilement. Cela nuit aussi aux petites entreprises qui, elles, contribuent suffisamment".

Contacté, le cabinet du président explique que des "propositions plus ciblées seront déposées lors du congrès".

Pas de conflit ouvert…

En ce week-end de Pâques, Joachim Coens plaide aussi pour une "résurrection" des démocrates chrétiens flamands, "ou plus largement de centre politique". À l'aune des résultats des dernières élections présidentielles françaises, le leader du CD&V constate que tous les partis traditionnels ont été balayés lors de ce scrutin. "Ils ont été remplacés par un puissant parti du centre, celui de Macron, et deux extrêmes populistes, un de gauche, l'autre de droite. C'est un avertissement pour nous", a-t-il jugé.

Joachim Coens, dont le mandat de président du CD&V vient à échéance en décembre prochain, dit enfin que son parti est à la recherche d'un candidat de consensus pour la présidence. "Un nouveau conflit ouvert ne serait pas bon pour le parti…", a-t-il conclu.