Le "kern" examine des formes de soutien supplémentaire à l'Ukraine

Le comité ministériel restreint ("kern") se penche mercredi après-midi à nouveau sur la situation en Ukraine et sur l'assistance que la Belgique peut fournir à Kiev dans différents domaines, près de deux mois après le déclenchement de l'invasion russe, a-t-on appris de sources concordantes.

Belga
Le "kern" examine des formes de soutien supplémentaire à l'Ukraine
©Belga

La question de l'assistance à l'Ukraine sera à nouveau discutée vendredi par les principaux ministres.

La Belgique a déjà livré au gouvernement ukrainien, depuis le début de la guerre, le 24 février dernier, 5.000 fusils d'assaut de type FNC - des armes fabriquées par la FN Herstal et en cours de remplacement au sein de l'armée belge par des FN SCAR - 200 armes antichars et 3.800 tonnes de carburant. Le Conseil des ministres a aussi approuvé le 18 mars l'acquisition d'armes (létales et non létales ainsi que des protections et des appareils de vision nocturne) à destination de l'Ukraine pour un montant de onze millions d'euros.

Ces dépenses sont en partie couvertes par un fond débloqué par l'Union européenne. L'UE a décidé de consacrer un budget de 1,5 milliards d'euros à la '"facilité européenne pour la paix" qui contribue au renforcement des capacités de l'armée ukrainienne.

La Belgique a aussi déployé un escadron renforcé provenant du 1/3 bataillon de Lanciers (1/3L), une unité d'infanterie motorisée casernée à Marche-en-Famenne. Le gouvernement a aussi prolongé jusque fin mai, en l'élargissant, la mission des quatre avions de combat F-16 opérant depuis l'Estonie, alors qu'un chasseur de mines tripartite (CMT) est affecté à l'une des flottilles permanentes de l'Otan.

Sur le plan humanitaire, la Belgique a promis à l'Ukraine des équipements de protection et de première nécessité, dont des tentes, des couvertures et des kits sanitaires, via le mécanisme interdépartemental d'aide d'urgence B-FAST, un dispositif interministériel d'intervention en cas de catastrophes à l'étranger.

Le conflit est toutefois entre-temps entré dans une nouvelle phase, avec une intensification de l'offensive russe sur l'est et le sud de l'Ukraine qui devrait se concrétiser par la capture du port stratégique de Marioupol (sud-est).

Selon le cabinet du Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld), la Belgique entend rester solidaire avec l'Ukraine et examine comment poursuivre son assistance à Kiev.

Parmi les pistes envisagées figurent un soutien à l'enquête sur de présumés crimes de guerre menée par le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, le Britannique Karim Kahn, notamment via une offre d'expertise médico-légale belge.

Le kern, qui rassemble les principaux ministres du gouvernement fédéral, examinera à nouveau la question vendredi, a-t-on précisé de plusieurs sources.