A 15 jours du conclave budgétaire, les paramètres économiques pèsent sur le budget wallon

Le conclave budgétaire wallon se tiendra du 19 au 25 mai.

A 15 jours du conclave budgétaire, les paramètres économiques pèsent sur le budget wallon
©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio
Belga

La mise à jour des paramètres économiques en février dernier a un impact positif sur les recettes de la Wallonie à hauteur de 347 millions d'euros alors que l'impact sur les dépenses de la Région s'élève à 460 millions d'euros, soit une dégradation globale de 113 millions d'euros, a indiqué le ministre wallon du Budget, Adrien Dolimont, lundi en commission du parlement régional alors que se profile le prochain conclave budgétaire wallon, prévu du 19 au 25 mai prochains. Lors de l'élaboration du budget initial 2022, les paramètres retenus en application de la Loi Spéciale de Financement faisaient état d'un taux de croissance du PIB de 3% et d'un taux de croissance de l'indice des prix à la consommation de 2,10% en 2022 et de respectivement 5,70% et 1,90% pour 2021.

Ces paramètres ont toutefois été mis à jour via le budget économique de février dernier. Alors que la croissance du PIB est toujours évaluée à 3% pour 2022, elle est désormais estimée à 6,1% pour 2021 (soit +0,4 point de pourcentage). Quant à l'Indice des prix à la consommation pour 2022, sa croissance est désormais attendue à 5,5% (+3,4 points de pourcentage) et à 2,44% en 2021 (+0,54 point de pourcentage).

Parallèlement, le Bureau fédéral du Plan a lui aussi revu, début avril, ses prévisions d'inflation à la hausse, à 7,3% pour 2022 (+1,8 point de pourcentage par rapport à février) et à 2,9% pour 2023 (+1,8 point de pourcentage).

"Mais l'effet mécanique positif de l'inflation sur les recettes issues de la Loi spéciale de financement, hors IPP, n'est que partiellement pris en considération dans l'épure budgétaire. Dans l'attente d'un nouveau budget économique et d'un nouvel ajustement du Fédéral, la Loi Spéciale nous impose en effet de nous en tenir aux paramètres de février pour nos recettes", a expliqué le ministre Dolimont.

"Si les mêmes paramètres s'appliquaient aux recettes et aux dépenses, l'impact serait, selon notre simulateur, légèrement positif", a-t-il ajouté en insistant toutefois qur "la prudence à avoir lorsqu'on effectue ce genre de prévision".

Sur le même sujet