"Nous ne sommes pas les représentants de la Flandre à Bruxelles"

Les élus bruxellois se trouvent de plus en plus souvent en désaccord, voire en opposition avec les responsables de leur parti. La sixième réforme de l'Etat a favorisé la naissance du fait bruxellois. Cet écart peut entraîner la fin d'une forme de front francophone sur l'institutionnel.

"Nous ne sommes pas les représentants de la Flandre à Bruxelles"
©Bernard Demoulin
Le cas Sven Gatz (Open VLD), ministre bruxellois du Budget, qui a débuté à la Volksunie, est symptomatique de l'évolution du rapport de certains élus flamands à Bruxelles. "Il y a 20 ans, notre cerveau politique fonctionnait sur du 50/50 en matière communautaire et régionale. Nous avons maintenant un accent régional plus fort, comme sur le métro bruxellois. À 20 ans, je me définissais comme un Flamand de Bruxelles. À 35, comme Bruxellois flamand....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité