Asile et migration: le gouvernement prépare l'introduction d'un système d'enregistrement et de contrôle

Le conseil des ministres a approuvé vendredi en première lecture un projet de loi porté par le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Sammy Mahdi qui prépare la Belgique à l'introduction du système européen d'entrée-sortie des migrants (EES).

Asile et migration: le gouvernement prépare l'introduction d'un système d'enregistrement et de contrôle
©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Celui-ci devrait être opérationnel à l'automne prochain. Il s'agit d'un système d'enregistrement et de contrôle électronique aux frontières des pays de l'espace Schengen pour les migrants qui souhaitent rester dans l'UE pour un court séjour jusqu'à 90 jours. Les informations - une date d'entrée, une identité des empreintes digitales -

seront conservées dans une nouvelle base de données européenne accessible à tous les États membres. Avec ce système, l'Office des Étrangers saura également quand la durée de séjour d'un migrant a été dépassée et s'il est reparti ou non dans son pays d'origine, selon le secrétaire d'État.

"Le système d'entrée-sortie augmente considérablement le contrôle des personnes qui entrent dans l'Union européenne. Notre pays aura immédiatement connaissance de toutes les personnes présentes sur le territoire qui y séjournent plus longtemps que la période autorisée, alors que jusqu'à présent, cela devait se faire par des contrôles de police sur le lieu de résidence ou par des actions absurdes et chronophages telles que sonner à la porte des voisins pour leur demander s'ils savent si les personnes concernées séjournent encore à une certaine adresse", déclare Sammy Mahdi, cité dans un communiqué.

Avec l'introduction du nouveau système, Sammy Mahdi opte également pour l'introduction d'une déclaration d'adresse numérique lors d'un séjour en Belgique. Toute personne entrant dans l'UE sera enregistrée une fois et ne devra plus se rendre à la commune pour se faire enregistrer en cas de court séjour. Seule l'adresse de résidence doit encore être déclarée, ce qui sera possible par voie numérique.

Chaque année, plus de 200.000 personnes se rendent en Belgique avec un visa de court séjour. En réalité, ce nombre est beaucoup plus élevé, car de nombreux ressortissants de pays tiers peuvent se rendre dans l'UE sans visa.

Sur le même sujet