Suite au retrait de Joachim Coens, Sammy Mahdi se porte candidat à la présidence du CD&V

Sammy Mahdi l'a confirmé sur Radio 1.

Suite au retrait de Joachim Coens, Sammy Mahdi se porte candidat à la présidence du CD&V
©JC Guillaume

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Une tempête politique a soufflé sur la Flandre vendredi soir. De Standaard et la VRT ont diffusé les résultats d'un baromètre politique - réalisé par l'Université d'Anvers et la VUB - qui a pris les contours d'une guillotine pour les chrétiens-démocrates flamands. Le CD&V dévisse complètement vers un niveau plancher historique : 8,7 % des intentions de vote… La sixième et dernière place parmi les formations du nord du pays ! En tête de ce sondage, on trouve le Vlaams Belang (22,9 %) talonné par la N-VA (22,4 %).

Confronté à cet effondrement, le président du CD&V, Joachim Coens, a annoncé qu’il mettait fin à ses fonctions. Il a demandé à son parti d’organiser des élections internes anticipées auxquelles il ne participera pas.

Sammy Mahdi candidat

Tous les yeux se sont alors tournés vers Sammy Mahdi, le jeune secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration. Sur Radio 1, ce dernier a finalement annoncé officiellement qu'il allait se porter candidat à la présidence. S'il reconnaît que le sondage a été "dur à encaisser", le secrétaire d'État à l'Asile tente néanmoins de positiver. Il se donne pour mission d'éviter la disparition de "la plus belle idéologie du pays", a-t-il dit. M. Mahdi affirme en tout cas croire à la possibilité d'inverser la tendance pour son parti. S'il est élu, il quittera ses fonctions au sein du gouvernement.

A noter que lors des dernières élections à la présidence du CD&V, Sammy Mahdi avait été battu de peu par Joachim Coens. Parfait bilingue, ambitieux, cet esprit bien fait veut que son parti renoue avec sa propre idéologie chrétienne-démocrate, à droite sur les questions culturelles et de société et plus au centre sur les questions socio-économiques.

Sammy Mahdi est une personnalité politique très talentueuse (même Bart De Wever le reconnaît), mais n’arrive-t-il pas trop tard pour sauver son parti ? Le CD&V semble être engagé sur la voie d’un véritable désastre électoral en 2024.

Le sondage mettait également en évidence la difficulté dans laquelle se trouve l’Open VLD. Avec 10,2 % des intentions de vote, le parti du Premier ministre, Alexander De Croo, reste nettement en dessous de son score de 2019. Alexander De Croo est très populaire à titre personnel mais disposer du "16" n’avantage pas les libéraux flamands dans leur ensemble.

On notera enfin la très bonne performance de Vooruit, qui réalise une percée à 15,5 %. Le patron des socialistes flamands, Conner Rousseau, a manifestement trouvé le ton qui convient pour plaire à l’électeur flamand. Les marxistes du PTB/PVDA progressent bien également (9,1 %) mais ne réussissent pas à dépasser Groen (9,4 %) en légère contraction.

Sur le même sujet